Tests AF-S Nikkor 70-200mm f /2.8 E FL ED

Tests AF-S Nikon 70-200mm f /2.8 E FL ED

objectif-reflex-af-s-nikkor-70-200mm-f-2-8e-fl-ed-vr

Les communicants de Nikon ont fait de grande éloges à propos de la nouvelle version de son zoom . Afin de voir si ce zoom méritent tant de louanges Lensrental (en anglais) l’as mis pour vous sur le banc d’essais optique .

Alors qu’il trouve un peu de netteté acquise à la large et longue fin de la gamme, lensrental est très impressionné par la performance à 135mm, en l’appelant «l’opposé » par rapport à son prédécesseur.

Jetez un coup d’ oeil au blog complet pour tous les résultats des tests, et oui – même une comparaison du  Canon 70-200mm F2.8L  IS II USM

Eh bien, nous voulons tous l’appeler le 70-200 VR III, car il remplace le Nikon 70-200 f / 2.8G AF-S VR II . Mais la nouveau télé-objectif est officiellement le 70-200mm f / 2.8E FL ED AF-S VR . Il est certainement un objectif différent; Ses 22 éléments incluent une fluorine, une haute réfraction, et six éléments ED, ainsi que de nouveaux revêtements. Il y a aussi des finitions au fluor sur les éléments avant et arrière pour éviter les taches. Sans oublier qu’il a un contrôle d’ouverture électronique. Et, bien sûr, un système amélioré 4-stop VR.

Donc, la plupart de ces améliorations sont des choses que vous aurez besoin de savoir au sujet de ce zoom , si vous envisagez de remplacer cet objectif , son prix à été annoncé  à 3199.00€
Je suis très intéressé par la façon dont cet objectif fonctionne. Le VR II était une lentille exceptionnellement bonne à 70mm, vraiment plutôt faible au milieu de la gamme de zoom, et a ensuite obtenu superbe à nouveau à 200mm.

Pour voir les résultats du test MTF: blog de lensrental

Test du Sigma 12-24mm F4 DG HSM Art Lens

sigma-12-24mm-f-4-dg-hsm-art-lens

La Sigma 12-24mm F4 DG HSM Art a été annoncée pour la première fois le 16 septembre 2016. Il s’agit du zoom le plus grand angle de la gamme Sigma à ce jour et rejoint la liste de la série de Art . L’ objetif à été annoncé à1600 $, ce qui en fait un concurrent féroce àau Canon EF 11-24mm F4L USM lentille qui est au prix de 3000 $.

Le Sigma est disponible dans les montures Canon, Nikon F (FX) et Sigma SA Bayonet et sera très probablement un indispensable pour les photographes paysagistes ou d’architecture qui sont à la recherche d’un très large champ de vision (12mm donne autour d’un champ de vision de 122 °)

La question qui se pose est la suivante: l’extrême différence des prix sur la qualité de construction et la performance de la Sigma

Nous allons comparer la performance du Sigma et face au Canon EF 11-24mm F/4

Format APS-C

Si vous avez un capteur APS-C, le Sigma peut être utilisé ce qui donne une focale équivalente au 19-38mm et une ouverture équivalente de F6.4. Il est intéressant de noter cependant que Sigma offre déjà un 10-20mm F3.5 considérablement moins coûteux (équivalent 16-32mm F5.6 ) , ce qui serait une option grand-angle beaucoup mieux.

Pour cette raison, nous n’allons pas considérer cette lentille pour une utilisation sur APS-C .

Sigma 12-24mm F4 DG HSM Art Caractéristiques de la tête

  • Longueur focale de 12-24mm
  • F4 ouverture maximale
  • Mise au point ultrasonique
  • Disponible dans les fixations Canon EF, Nikon F (FX) et Sigma Spécifications comparéescanon-sigma
Sigma 12-24mm F4 DG HSM Art Canon EF 11-24mm F4L USM
Prix 1749.00 € 3175.00€
Type Zoom grand angle Zoom grand angle
Distance focale 12-24mm 11-24mm
Filtre Aucun Aucun (insert arrière)
Stabilisateur d’image Non Non
Monture Canon, Nikon F (FX), Sigma SA Baïonnette Canon EF
Anneau d’ouverture Non Non
Ouverture maximum F4 F4
Ouverture minimale F22 F22
Mise au point minimale 0,24 m (9,45 po) 0,28 m (11 po)
Lames de diaphragme 9 (arrondi) 9 (arrondi)
Éléments 16 16
Groupes 11 11
Éléments et revêtements spéciaux Revêtement Super Multi-Layer, F-Low Dispersion et éléments asphériques, y compris un élément asphérique en verre moulé de grand diamètre de 80 mm Super UD, UD et 4 éléments asphériques, SWC, Air Sphere et revêtements de fluor, revêtements de fluor de l’élément arrière
Autofocus Oui Oui
Type de moteur Hypersonique de type anneau Ultrasonique
Manuel complet Oui Oui
Méthode de mise au point Interne Interne
Échelle de distance Oui Oui
DoF Échelle Non Non
Étanchéité Construction à l’épreuve des poussières et des éclaboussures avec joint d’étanchéité en caoutchouc arrière Scellage à temps plein
Méthode de zoom Rotary (extension) Rotary (interne)
Poids 1151 g (2,54 lb) 1180g (2,60 lb)
Dimensions 132mm (5.2 « ) x 102mm (4.0 ») 132 mm (5,2 po) x 108 mm (4,25 po)
Capuchons Oui (intégré) Oui (intégré)

 

Le Sigma et le Canon partagent un assez grand nombre de caractéristiques en ce qui concerne la conception de l’objectif .. Les différences principales entre les deux. Le Canon a un léger avantage sur le Sigma en termes de qualité de construction avec l’étanchéité à temps plein, où le Sigma propose un joint d’étanchéité en caoutchouc «résistant à l’humidité» sur la monture d’objectif et des revêtements hydrofuges sur les éléments d’objectif avant et arrière.

Les deux lentilles sont très lourdes et sont presque identiques en taille et en forme, et les deux comportent des capuchons d’objectif intégrés. Aucun des deux n’accepte les filtres standard, mais le Canon dispose d’une fente pour accepter les filtres de gel arrière. Le Sigma a cette singulière construction de la serie ART ou l’on sent la robustesse , mais n’a pas la même sentiment que le Canon en raison de sa construction résistant à l’eau .

Le Canon a un léger avantage sur le Sigma car le Sigma est un zoom d’extension externe, tandis que le Canon est interne. Étant donné que le Sigma n’est pas entièrement scellé, cela pourrait être un point faible dans la conception en termes d’humidité pénétrant dans l’objectif en cas de conditions météorologiques défavorables ou humide.

Qualité d’image

Dans les sections suivantes, nous utiliserons des données DxO et des échantillons de vie réelle pour déterminer comment les lentilles Sigma et Canon se comparent entre elles et pour déterminer la performance du Sigma 12-24mm.

Acuité

Acuité Le Sigma 12-24mm fonctionne très bien ouvert à 12mm et encore mieux une fois que l’objectif est arrêté jusqu’à F8. La netteté est généralement meilleure de 12mm-16mm lorsque la lentille est à F5.6. Comme vous zoomer de 16mm à 24mm la netteté globale diminue. Dans cette gamme, nous voyons la meilleure performance lorsque l’objectif est à F8. La netteté est très bonne sur l’extrémité , mais diminue lorsque vous effectuez un zoom.
Aberration chromatique Le Sigma fait un très bon travail de interpretation des aberrations chromatiques dans toute la plage de focales, même lorsqu’ils est grand ouvert. Lorsque vous stopez l’objectif ou que vous effectuez un zoom avant, vous constatez même une légère amélioration de la manipulation des CA.
Vignettage En ce qui concerne le vignettage, le Sigma effectue un travail phénoménal tout au long de la plage focale, même lorsqu’il est ouvert. Lorsque l’objectif est à F8 le vignettage disparaît complètement sur toute la plage de focales.
Distorsion Le Sigma souffre d’une légère distorsion de barillet à 12 mm, mais cela est à prévoir à cette largeur d’une longueur focale. 16 mm par elle disparaît presque . La distorsion à 12mm apparaît assez complexe, ce qui rend probablement difficile à corriger, mais il est si subtile que vous êtes peu susceptible d’être dérangé
Transmission (T-Stop) Le nombre F de la lentille est une valeur théorique, et la valeur réelle de transmission de la lumière, connue sous le nom de T-stop, est toujours plus faible en raison des pertes de lumière dans la lentille. Les lentilles avec plus d’éléments, comme un zoom complexe, ont tendance à être légèrement plus efficace. Le T-stop mesuré pour cet objectif est autour de T4.6-4.8, ce qui signifie que la lentille est de laisser passer un peu moins de lumière que la note F4 suggère.

Comment le Sigma 12-24mm DG HSM ART comparer avec le Canon EF 11-24mm F4L?

Le Canon 11-24mm F4L est une référence bien connue avec de nombreux prétendant qu’est le zoom grand angle. En vérité, il est vraiment à la hauteur car il effectue la lentille Sigma à bien des égards.

En termes de netteté de l’objectif Canon est l’ un des meilleurs zoom grand-angle que nous ayons jamais vu à son extrémité , hors-exécution le Sigma à grande ouverte et à toutes les ouvertures, en particulier dans la netteté au centre . Au16mm le Sigma est nettement plus faible que Canon en termes de netteté, même à F5.6. À 24mm les différences entre le Canon et Sigma sont à l’opposé. Pour obtenir des résultats qui sont proches il faut que le Canon soit à F5,6 en, pour les m^me résultat vous devez être à F8 pour le Sigma, qui introduit suffisamment de diffraction pour rester derrière le Canon. Cela aura également une incidence sur votre capacité à utiliser à plus longue focale de l’objectif dans des situations de faible luminosité, car il donne des résultats assez médiocres.

Le Sigma, cependant, prend le dessus en termes de vignettage, l’aberration chromatique (CA) et la distorsion. CA à l’extrémité est plus large dans la plage de focales et voit le Canon à la traîne, présentant un peu de CA , qui peut être un peu difficile à corriger parfaitement.

En termes de vignettage le Canon souffre d’une chute de 3,7 halte dans les coins extrêmetandis que le Sigma a seulement une chute 2/3 d’arrêt aux distances focales les plus larges. Par F8, le vignettage disparaît presque du Sigma alors qu’il persiste à 2/3 d’un arrêt dans les angles du Canon jusqu’à F22, bien que vous voyez une diminution marquée par F11. Lorsque vous zoomez le Canon à partir de 18mm-24mm les diminutions de vignetage , disparaît seulement par F11 sur le Canon.

Tant le Canon que le Sigma contiennent assez bien la distorsion, l’objectif Sigma devance l’objectif Canon à presque chaque longueur focale, mais nettement à l’ extrémité de la plus large de la plage . Cela dit, la distorsion du Canon est moins complexe, donc plus facile à corriger, en post-prod.

Tests terrain

En comparant les deux zooms dans nos tests terrain , nous voyons que Sigma souffre sur la netteté dans presque toute la plage focale lorsque l’objectif est focalisé grande ouverte, mais surtout de 20mm à 24mm. A 24 mm le Sigma est presque à égalité avec le canon à 12mm en termes de netteté et exécute mieux par rapport à l’ aberration chromatique . Comme nous l’ avons mentionné ci – dessus les baisses de performance du Sigma au – delà de 20 mm , En particulier par rapport à la lentille Canon et diaphragmant n’aide pas. Bien que les données DXO suggère que le Sigma devrait s’améliorer au centre à F8 à 24mm, nous croyons que nous ne voyons pas cela en raison d’ un sévère changement de mise au point du Sigma aux focales les plus longues. Les résultats de DXO sont basés sur le choix de la prise de vue optimale et de plans méticuleusement focalisés manuellement, et alors que les deux approches ont leur mérite, les résultats que vous obtiendrez dépendra de votre méthode d’ ouverture.

En termes de netteté Sigma se débrouille très bien par rapport à Canon à 12mm Avec les deux objectifs présentant environ le même niveau de netteté (le Sigma est un peu plus net sur la gauche tandis que le Canon est un peu plus net sur la droite). Comme les données DXO suggèrent , nous voyons que le Sigma fonctionne très bien par rapport ai CA dans les coins. A 24mm , nous voyons la performance de la netteté d’angle de la Sigma diminuer un peu, juste quand il est tourné largement ouvert à F4, Une fois que l’objectif est à F8 , La performance de coin s’améliore et est presque à égalité avec le Canon à la même longueur focale. Mais à F8 elle apporte plus de diffraction.

Il est intéressant de noter que la netteté périphérique perçue dans sur le Canon peut être légèrement réduite en raison de l’aberration chromatique latérale plutôt extrême . Toutefois, ACR (et d’autres formes de logiciel de post-traitement) sont en mesure de supprimer la majorité de celui-ci, en supprimant ainsi les artefacts de couleur et d’améliorer la qualité d’image.

Résumé de la netteté

Le Canon fonctionne très bien sur toutes les longueurs focales, si bien qu’elle atteint souvent sa performance maximale par F5.6 et sa diffraction se limite par la suite (sur un 5DS R). C’est un exploit d’ingénierie. Cela dit, le Sigma est comparable, sinon parfois un peu mieux . Dans nos tests terrain, la performance sur les bords et à son extrémité plus large. Mais on ne peut pas dire pour sa performance centrale, où elle s’estompe à toutes les focales, que ce soit 12mm , 14mm , 16mm , 18mm , 20mm Et 24mm . La parité avec le Sigma et kles performances à ouverture largement ouvert et à l’extrémité est perdu . Où le Sigma doit être diaphragmé à F8 pour correspondre à la performance de bord du Canon à F5.6, mais se situent bien en retard dans la netteté centrale .

Nous avons découvert qu’une grande partie de la chute – ou l’ absence d’amélioration – de la netteté centrale était dû à la raison des niveaux élevés de l’ aberration sphérique de la lentilles Sigma (confirmées par LensTip ). Nous avons brièvement étudié combien le Sigma pourrait faire mieux en travaillant autour de son problème de changement de focus .

Mise au point à large ouverture ou mise au point à l’ouverture de prise de vue

le Sigma 12-24mm on a du ouvrir à pleine ouverture afin d’obtenir une netteté maximale au point (central). Cependant, la netteté a fini par baisser en netteté, en particulier sur le côté droit . En d’ autres termes, il est difficile d’optimiser à la fois le centre et les bords .

Il n’est pas le premier qui à ce genre de comportement (le Nikon 14-24mm F2.8 présentait des problèmes similaires ); Cependant, il est assez décevant pour un photographe Canon, puisque tous les reflex numériques Canon sont bien ouverts, même en live view (ou MF en live view). Une solution de contournement est de passer en mode vidéo pour la mise au point, car ce mode s’arrête sur une ouverture basse . Si vous avez un Sony a7R II vous pouvez contourner cela en utilisant un adaptateur d’objectif électronique (comme l’adaptateur Smart Metabones) qui vous permet de la mise au point manuelle (ou automatique) à l’ouverture de prise de vue.

L’objectif de Canon, n’a pas connu ces types de problèmes Il a été capable de produire des images avec une excellente netteté, même lorsque l’ouverture était à pleine ouverture.

Éclat de soleil et lentille

Le Sigma et le Canon exposent des rayons de soleil très esthétique. Subjectivement, la lentille Sigma a été capable d’atteindre par une ouverture autour de F10 pour obtenir des rayons parfait , tandis que le Canon a dû être diaphragmer vers (F14-F16). Cela donne l’avantage au Sigmapour obtenir des rayons de soleil à des diaph plus bas aide à limiter les effets de la diffraction. Cela dit, une fois que le Canon a été arrêté jusqu’à F16 ou F22, ses les rayons étaits plus fins et plus définis en forme, par opposition aux rayons plus larges du Sigma. Les rayons du soleil sur les deux objectifs sont très symétriques.

L ‘évasementest manipulé assez bien par les deux zooms et ne présentent pas d’ éruption extrêmement forte ou déplaisante, ce qui est tout à fait bon pour u zoom 12-24mm F4 DG HSM Art Lens

Performance

Le Sigma 12-24mm F4 offre un peu de performance optique très agréable à l’ extrémité courte de la plage de focales et d’ excellentes performances AF ainsi. L’objectif est doté d’un moteur de mise au point ultrasonore ‘HSM’ qui offre une mise au point extrêmement silencieuse et précise avec des vitesses qui correspondent étroitement à l’objectif F4L Canon de 11-24 mm.

Malheureusement, la netteté centrale du Sigma souffre beaucoup au – delà de 20 mm . Cette situation est aggravée par le fait que les meilleures performances en termes de netteté ne peut être atteinte par diaphgramme à l’ouverture au lieu de se concentrer la plus grande ouverte , comme la plupart des appareils le font traditionnellement . Même cette méthode de diaph ne donnera pas de résultats parfaits. La netteté au centre voit une amélioration dramatique tandis que la netteté d’angle souffre. La mise au point manuelle ne contribuera pas non plus à résoudre ce problème car la mise au point se fait lorsque l’ouverture de l’objectif est a grande ouverture sur les reflex numériques Canon (la seule solution consiste à se concentrer sur le mode d’affichage Live-view).

Il est intéressant de noter que , à 12mm Sigma est exceptionnellement bon en termes de netteté, et correspond à la performance du Canon dans une grande partie du cadre, mais ne correspondant pas sa netteté centrale. Cette performance est maintenue jusqu’à une distance focale d’environ 18 mm. Au-delà de 18 mm, la performance commence à tomber en raison des effets décrits dans le texte ci-dessus, vous obligeant à vous concentrer et à fermer sur F8. Tout au long de la plage focale du Sigma fait un meilleur travail par rapport à la correction de la distorsion, de l’ aberration chromatique latérale et du vignettage par rapport à l’objectif Canon. Par rapport à la première version, à ouverture variable du 12-24mm. Cette une amélioration pour Sigma, mais pas aussi grande comme nous l’avions espéré.

Conclusion

Étant donné la qualité affiché et fixée par Sigma pour sa serie Art lens, j’étais impatient de tester ce cet objectif à un prix assez abordable. Malheureusement, l’objectif n’est pas à la hauteur sur plusieurs aspects. Le fait que sur les longueurs focales plus longues ; ils vous obligent à vous concentrer sur l’ouverture de prise de vue pour obtenir les images les plus nettes possible est extrêmement frustrant, encore plus parce que cela a un coût pour la netteté sur les bords . L’objectif a quelques attributs agréable, y compris sa gestion de vignettage, CA, distorsion et sa netteté impressionnante à 12mm, mais une grande partie occulter quand on regarde la netteté de l’objectif, en particulier au delà de 20 mm .

Je choisirais le Canon 11-24mm F4L plutôt que le Sigma. C’est vraiment l’un des zooms grand-angles offrant les images les plus nettes, et il est entièrement étanche. Les faiblesses de l’objectif en ce qui concerne l’AC, le vignettage et la distorsion sont tous largement corrigibles grâce à l’utilisation de vos logiciels de post-traitement favoris, de sorte qu’ils n’ont pas vraiment d’impact sur la qualité de l’image finale. En bref, je voulais vraiment aimer le Sigma, mais le Canon surpasse Sigma ce qui en vaut de le payer plus cher . Cela dit, si vous êtes seulement intéressé par les distances focales plus larges, le Sigma est une option formidable et à moitié prix que le Canon.

Le Sigma est une bonne affaire pour la qualité de l’image, sa manipulation de l’aberration chromatique, le vignettage et la distorsion. Toutefois, compte tenu de la baisse de la performance .

Le Sigma 12-24mm F4 offre des performances optiques impressionnantes à l’extrémité courte de sa gamme focale, avec d’excellentes performances AF. Malheureusement, la netteté centrale à toutes les focales, et la netteté globale à l’extrémité de télé souffre par rapport à ses meilleurs pairs. Un changement de focus sévère à des longueurs focales plus longues requiert que vous focalisiez l’objectif à l’ouverture de prise de vue, ce qui peut être encombrant et entraînera également un coût de netteté d’angle. D’autres propriétés optiques, telles que l’AC, le vignettage et la distorsion sont extrêmement bien contrôlées, sinon de classe. Si vous recherchez un zoom grand-angle avec de très belles performances de 12mm à 16mm, cette lentille est une valeur exceptionnelle.

Excellent choix  pour :

Les photographes paysagistes à la recherche d’un objectif grand angle avec une netteté et une performance exceptionnelles de 12mm à 16mm.

Doivent passer leur chemin :

Les photographes recherchent une excellente performance dans toute la gamme focale et les photographes qui préfèrent tirer avec un kit plus léger.

Note 8/10

Nouvelle technologie de super-condensateurs pour les appareils mobiles

Nouvelle technologie de super-condensateurs pourrait mettre un terme à nos problèmes de charge de batterie

batterie

Les progrès de la technologique ont permis de faire des choses incroyable comme commander une pizza à partir de votre montre intelligente, mais il y a un problème récurent à tous nous objets électronique : la vie de la batterie . Malgré les avancés technologiques, les batteries sont encore une limitation majeure pour tous les appareils mobiles et beaucoup d’équipements photographiques. Cependant, une équipe de scientifiques du Centre de technologie NanoScience de l’Université du Centre de la Floride ont peut-être fait un pas vers la fin de notre cauchemar collectif.

L’équipe de recherche a mis au point un processus pour créer des super-condensateurs flexibles qui peuvent stocker plus d’ énergie et être chargées plus rapidement que la technologie actuelle .Le concept permet également de recharger plus de 30 000 fois sans dégradation.

« Si elles devaient remplacer les piles avec ces super-condensateurs, vous pouvez recharger votre téléphone portable en quelques secondes et vous auriez besoin de la charger qu’une fois par semaine « , a déclaré membre de l’ équipe Nitin Choudhary.

Contrairement aux batteries, qui utilisent des réactions chimiques, les super-condensateurs stockent l’électricité statiquement sur la surface d’un matériau ce qui signifie qu’ils peuvent être chargés plus rapidement. Des projets de recherche antérieurs ont utilisé du graphène à cette fin, mais avec un succès limité. L’équipe de l’UCF a plutôt expérimenté avec des matériaux métalliques bidimensionnels récemment découverts qui n’ont que quelques atomes d’épaisseur. Les super-capacités nouvellement développés se composent de millions de nanofils hautement conducteurs qui sont enveloppés avec ces matériaux. En conséquence, les électrons peuvent passer rapidement du noyau à la coque et de fortes densités d’énergie et de puissance sont produites.

« Il y a eu des problèmes dans la façon dont les gens incorporent ces matériaux bidimensionnels dans les systèmes existants – cela a été un goulot d’étranglement sur le terrain. Nous avons développé une approche simple de la synthèse chimique, de sorte que nous pouvons très bien intégrer les matériaux existants avec les matériaux en deux dimensions », a déclaré le chercheur principal Yeonwoong (Eric) Jung.

À ce stade, la technologie n’est qu’un concept et n’est pas prête pour la commercialisation. Cependant, l’équipe est en train de breveter la méthode et, mas si cette technologie est développé , elle pourrait alimenter tous nos appareils mobiles, appareils photo compacts et nos véhicules électriques du futur.

SeaLife annonce le DC2000 étanche jusqu’ à 60 m

dc2000

SeaLife a lancé le DC2000, un compact de 20MP avec un boîtier étanche étache à 60m / 200ft. Le DC2000 est disponible en pré-commande et peut être commandé avec trois kits différents avec des équipements d’éclairage .

Le DC2000 utilise un capteur Sony CMOS de 20 MP et prend en charge l’enregistrement vidéo jusqu’à 1080 / 60p. Avec un objectif équivalent à 31mm. F1.8 et 7 élément s avec lentille asphérique avec en option un fisheye de 110 degrés .

L’ appareil photo compact DC2000 est équiper d’un boitier tanche spécialement conçu pour le modèle; Il supporte des profondeurs jusqu’a 60m . Quatre modes de prises de vues sont disponibles avec des corrections de couleur intégrées: flash externe, lumière extérieure, plongée et tuba. Ceux-ci sont rejoints par 25 modes ‘Land Scene’ pour les photos sur la terre ferme .les prises de vues Pré-prise de vue, time lapse, GIF et mode rafale en continu sont également disponibles.

Selon SeaLife, le DC2000 est doté d’une stabilisation d’image par capteur, d’un support pour la prise de vue en DNG, Raw et JPEG et d’un cadran pour la sélection manuelle d’un des huit modes de prise de vue. Il est également possible d’accéder aux fonctions via l’écran LCD arrière de 3 3 à 920 ko. Enfin, le contenu est stocké sur une carte SD.

SeaLife offre la caméra DC2000 dans le cadre de trois kits:

  • DC2000 Pro Light avec un Sea Dragon 2500 COB LED Light
  • DC2000 Pro Flash avec un Sea Dragon Flash
  • DC2000 Pro Duo avec un flash Sea Dragon et 2300 Auto LED Light

Sealife n’as pas annoncé ni le prix et à ni la date de sortie en France .




Quel appareil photos instantanée acheter ?

Idées Cadeaux pour Noël 2016

instax-70-d

Et oui le polaroid n’as pas dit son dernier mot, avec l’arrivée ces dernières années des appareils photos instantané, et leur tirages argentiques qui font fureur et à vrai dire, nous avons tous été ravis de manipuler les tirages et impressions directes.

Le support physique et argentique n’est pas mort et les ventes des Fujifilm Instax le démontrent, ils devraient atteindre près de 5 millions d’unités cette année,et il ne sont pas les seuls !

De plus, ils font des cadeaux parfait, pour le retrouver au pied du sapin de noël 2016.

Nous nous sommes donc demandé: lequel est le meilleur?

Nous avons sélectionné huit appareils photos instantanée qui utilisent toutes le format Instax mini – qui est maintenant disponible en couleur et en noir et blanc .

instax-min

Le format Inxtas-mini : 5,4cm x 8,6 cm pour des images de 6,1 cm x 4,6 cm

pour le prix des recharges compté environ 6 euros pour 10 photos.

Fujifilm Instax mini 8

c700x420

75 €

L’ appareil photo le moins cher de notre sélection est l’Instax mini 8, et le plus simple en termes de fonctionnalités et de contrôles.

La mise sous tension de l’appareil photo implique un appui sur le bouton situé en bas à droite de l’objectif, qui prolongera mécaniquement l’objectif et chargera le flash.

Sur l’objectif il y a une série de modes scènes, et une sonnerie pour sélectionner le mode de prise de vue pour définir l’exposition automatique de l’appareil photo. L’appareil photo vous indiquera indique quel mode d’exposition choisir pour de meilleurs résultats avec une led orange.

La mise au point est fixe, avec une plage de 0,6 m à l’infini. La distance de mise au point minimale est un peu plus longue, ce qui rend les autoportraits difficiles. Il y a un objectif pour les gros plans disponible en option. Pour les plans rapprochés qui remplissent le cadre, la lentille accessoire est une exigence, comme l’objectif standard est mis en place pour une utilisation générale de l’instantané large.

Le déclencheur, situé le long de la poignée avant, est facile à trouver tout en regardant à travers le viseur, il est également facile à utiliser lors d’ un selfie.

Bien que l’Instax mini 8 soit la caméra la moins chère ici, elle est aussi la plus facile à utiliser. Ses expositions sont exactes, ainsi que la mise au point est correcte à tant qu’elle au delà de la distance de mise au point minimale . Les photographes n’ont pas a se réjouir, cet appareil photos est limité au niveau des paramètres et ne laisse pas la place à la créativité.
Fujifilm – Instax Mini 8 – Appareil photo à Impression Instantanée – Noir

 

Fujifilm Instax mini 70

mini70-1

99 €

L’Instax mini 70 est une version plus récente que le mini 8 et, par conséquent, a été améliorée : l’apparence et quelques fonctionnalités en plus que la mini 8. Il pèse également un peu moins que le mini 8 grâce à son utilisation de deux batteries CR2 Au lieu des trois piles AA trouvées dans la 8. Ce n’est pas forcément une bonne chose, comme les piles CR2 ne sont pas aussi communes et donc difficile à trouver il faut donc des CR2 en stock dans son sacs.

Le mini 70 a un meilleur look et on sent une meilleure qualité de construction et de contrôles de paramétrages que la moins chère que la mini 8, et comporte quelques fonctionnalités supplémentaires. L’ objectif est motorisé et se prolonge automatiquement lorsque l’appareil photo est allumé, et une led indique quand le flash est chargé.

La motorisation de l’objectif permet une mise au point plus précise et la détection du sujet la mise au point minimale est amélioré à 0.3m . Cette distance de mise au point plus court en fait une appareil photos instantanée parfait pour le selfies .Il y a même un petit miroir à coté de l’ objectif pour contrôler le cadrage du selfie !

La mise au point est couplée au mode de prise de vue de l’ appareil caméra . Au lieu de la sonnerie vous indiquant quel mode de prise de vue conseillé pour la scène, l’utilisateur choisit le mode en fonction de sa prise de vue et la caméra détermine l’exposition appropriée.

 

A l’arrière il y a plusieurs boutons qui vont vous permettre de choisir le mode de prise de vue . Tout d’abord, il y a le bouton on/ off pour lamise en marche. Le mode standard,est activé quand il n’ y a aucun icône affiché. sur l’écran LCD . Puis un bouton Mode, pour choisir en le mode Macro, Paysage, Flash et High key (Mode Photo surexposée) . Puis un bouton pour sélection le retardateur et enfin un bouton Autoportrait ou selfie . L’appareil photo détermine automatiquement si le flash est nécessaire pour une scène, et ne se déclenche généralement pas en lumière du jour, surtout en mode Paysage.

Le mini 70 ajoute de nouvelles fonctionnalités sans rendre l’interface de contrôle trop compliqué ou déroutant pour les débutants, ce qui en fait un bon équilibre entre manipulation facile et conviviale.

Fujifilm Instax mini 90

instax-90

129 €

Alors que les deux premier appareils photos instantanées de Fujifilm ne gagnerons aucun concours de design, l’ Instax mini 90 est beaucoup plus « fun » .

Il y a beaucoup de choses à aimer sur le mini 90: il utilise une batterie rechargeable, plus de possibilité pour le contrôle de l’exposition, et semble bon dans tous les domaines. Il utilise le même objectif motorisé de 60 mm que le mini 70 avec la même plage de focale de 0,3 m à l’ infini.

Les modes de prise de vue et de contrôles sont un peu plus étoffé que le mini 70. À l’arrière, la caméra garde un écran LCD semblable à celui des 70, bien que le 90 ait gagnequelques boutons. L’interrupteur d’alimentation a été déplacé vers l’avant etque les touches de mode et de retardateur restent, le bouton d’autoportrait a été remplacé par des boutons pour macro, éclaircir ou assombrir et activation du flash.

Ce dernier bouton est important, car il peut être l’un des facteurs d’achat décisif pour quelqu’un hésitant entre le mini 70 et le mini 90. Ce bouton permet à l’utilisateur d’ activer ou désactiver manuellement le flash. Cela, combiné avec la possibilité d’ éclaircir ou d’assombrir l’exposition donne au photographe la possibilité de mieux contrôler l’exposition qu’ils auraient avec le mini 70.

Cela, en théorie, car le mini 90 a quelques problèmes ergonomie quand il s’agit de son utilisation notamment avec le bouton d’obturateur placé sur le devant de la caméra et est entouré par l’interrupteur d’alimentation, destiné à être utilisé lorsque l’appareil photo est tenu verticalement.

Il y a trois encoches surélevés sur le dos de l’appareil qui ressemblent à de faux boutons qui agissent comme repose pouce. Dans cette orientation, l’ appareil est difficile à tenir et pas très confortable. Le mini 70 est plus confortable à tenir.

L’autre bouton d’obturateur est placé là où se trouve généralement sur un appareil : sur le côté droit d. Cependant, il n’y a absolument nulle part pour saisir la caméra avec la main droite tout en utilisant ce bouton. Essayer de tenir l’appareil photo avec la main gauche en conjonction avec la droite va bloquer l’emplacement où l’image est éjectée, et peut donc plier l’ impression après avoir pris une photo.

Les deux mini 8 et mini 70 sont des caméras plus faciles à transporter sans sangle. Ils ont tous les deux des endroits pour tenir la caméra au plus prêt, et ont moins d’options et de réglages donc plus facile d’obtenir des photos correctement exposé . Aussi l’appareil est plus susceptible de ne pas utiliser le flash en lumière du jour lorsqu’il est réglé sur le mode «paysage».

Fujifilm – 40597 – Instax Mini 90 Neo Classic – Appareil Photo Instantané – Marron Clair

Lomo’Instant

lomo

139 €

Ce ne sont que quelques-uns des accessoires fournis avec le kit Lomo’Instant 3 lentilles

Lomography propose sa caméra Lomo’Instant pour les films Mini et Instax. Le Lomo’Instant peut être acheté seul ou avec un trio de lentilles accessoires, qui augmentant ces capacités avec un équivalent de 27 mm/F8 pour obtenir l’option fisheye, portrait et gros plan. Notre beau kit « Reykjavik » bleu marine est également livré avec quelque chose appelé le «Spitzer» qui recouvre partiellement la lentille pour des expositions multiples créatives qui ne couvrent qu’une partie sélectionnée du cadrage.

Le Lomo’Instant met une grande quantité d’options et d’exposition . Comme mentionné, vous pouvez créer autant d’expositions que vous le voulez avant de réaliser une impression . Vous pouvez également ajouter ± 2 arrêts de compensation d’exposition, en sélectionnant une ouverture plus grande ou plus petite (c’est F16 par défaut). Les vitesses d’obturateur standard (1/125 sec) ou bulbe sont disponibles et l’appareil photo fonctionne en trois modes de prise de vue:

  • Mode Auto: le flash est activé et déclenchement limité
  • Mode de création (Flash): le flash est activé , avec déclenchement standard et ou la lampe peut être utilisée
  • Mode de création (Flash désactivé): Pas de flash, soit o déclenchement standard ou la lampe peuvent être utilisés

Ces modes et ces paramètres d’ouverture / déclenchement sont recommandés pour chacun d’entre eux sont affiché sur la partie inférieure de l’appareil photo. Le tout est alimenté par quatre piles AAA qui ont nécessité un peu de patience et de finesse pour les mettre en place dans leur emplacement.

Un levier situé le long du côté se déplace à l’avant vers l’arrière de l’appareil qui permet de légèrement ajuster la mise au point entre deux zones: 1m à l’infini ou 0.4m / 0.9m.

De petites bandes de gel colorées sont également incluses pour une utilisation avec le flash, et glisser proprement dans une fente devant le flash pour donner une teinte à vos photos

La position du déclencheur favorise la prise de vue en orientation portrait ou verticale , mais même si l’utilisation du déclencheur est moins intuitive avec orientation horizontale.

Le viseur est juste et en plastique, avec des problèmes de parallaxe, mais je l’ai trouvé plus facile à utiliser qu’ à travers de celui du Fujifilm mini 90.

Le style d’image de Lomography a un effet de vignette poussée . Si vous n’aimez pas cela, ce n’est pas l’ appareil photo instantanée fait pour vous. Mais si vous aimez alors le Lomo’Instant a beaucoup de potentiel pour votre créativité .Le kit de trois objectif complet est indispensable à avoir surtout pour quelqu’un avec un grand appétit créatif, mais n’est pas nécessaire si vous êtes juste à la recherche d’expérimentation .

L’ appareil se prête à la photo de la rue, bien que l’apprentissage de son utilisation soit un peu difficile dans l’instantanéité.

Lomo’Instant Automat

lomo-automat

140 € (Disponible en Décembre)
www.lomography.fr

En plus du Lomo’Instant, Lomography propose une version automatique: l’Automate Lomo’Instant.Lomography appelle le Lomo’Instant Automat la caméra instantanée automatique la plus avancée, promettant une exposition correcte dans toute les situations.Il a une longueur focale équivalente à un 35mm avec une plage d’ouverture de F8 à F22, ce qui le rend idéal pour les prises de vue décontractées, la photographie de rue et des portraits amusants.Bien que nous ayons tiré notre élégant modèle ‘Playa Jardin’ sans accessoires, l’Automat est livré avec un kit d’accessoires créatifs et peut être utiliser avec des ajouts d’objectif disponibles (grand-angle, gros plan et fisheye) pour élargir vos possibilités créatives.

L’automate Lomo’Instant ajuste automatiquement la vitesse d’obturation, l’ouverture et l’ utilisation du flash pour chaque prise de vue, mais il existe d’autres moyens de contrôler l’exposition et les effets créatifs.Vous pouvez utiliser la compensation d’exposition de ± 1 pour éclaircir ou assombrir votre prise de vue et vous pouvez choisir d’utiliser le flash ou de l’éteindre.Les modes de prise de vue A ou B vous permettent de choisir entre le mode Auto ou le mode Bubl (jusqu’à 30 secondes) et vous pouvez réaliser autant de photos que vous souhaitez avant d’imprimer votre impression finale.

La mise au point s’effectue grâce à un simple système de mise au point à 3 zones (0,6 m / 1 à 2 m / infini), qui est commandé par rotation de l’élément de bague de lentille avant.Et si vous voulez prendre la photo, vous pouvez mettre l’ appareil sur un trépied et utiliser le capuchon d’objectif comme déclencheur à distance (les options de relâche instantanée et temporisée sont disponibles).

La sangle incluse impose l’ orientation verticale et vous devez la déplacer pour l’utiliser en orientation paysage, mais le placement du bouton de déclenchement et du viseur facilite la prise de vue.

La sélection des options de prise de vue sont intuitives, mais les résultats ne sont pas toujours prévisibles. J’ai trouvé qu’il fallait définir l’exposition à -1EV chaque fois lors de l’utilisation du flash, et le viseur n’était pas très utile pour cadrer – J’ai d’innombrables photos avec mon sujet hors du cadre, J’essayais d’utiliser la zone déterminé en gros plan. L’exposition était également imprévisible dans des situations d’éclairage difficiles, comme des scènes avec beaucoup de ciel ou de lumière vive. En général, j’ai constaté que la plupart de mes plans étaient surexposés et j’ aurais aimer avoir au moins une compensation d’exposition supplémentaire .

l’Automate Lomo’Instant est destiné principalement comme une caméra d’instantanéité.

Lomography LC-A + Retour instantané

lomo-lca

299 €

www.lomography.fr

Techniquement, nous ne parlons pas d’une caméra dédiée ici. Il s’agit d’un retour Instax qui s’inscrit sur le LC-A + de Lomography, une caméra que beaucoup considéreraient une interprétation du Rollei 35. Cela signifie avant d’acheter le dos instant, il faut d’abord décider s’il on veut une caméra de film 35mm en plastique avec un 32mm F2 .8 objectif et exposition automatique.

L’arrière bloque le viseur, de sorte que les voyants lumineux qui peuvent clignoter ne peuvent être vus. Il semble également avoir eu un impact sur la qualité d’image, car les images ne sont souvent pas aussi nettes que lorsque l’appareil photo est utilisé avec un film de 35 mm.

L’exposition est ajustée avec un cadran légèrement durs près du viseur, avec le réglage ISO de l’appareil. La mise au point en quatre zones, bien que le dos a une échelle de distance différente de celle de l’appareil. Avec le dos instantané, la caméra focalise de 0.5m à l’infini.

Dans le monde des appareils photo instantanés cette combinaison produit un look unique. Les images ont une vignette forte et peuvent même avoir une profondeur de champ faible grâce à la lentille F2.8. L’ appareil est peu pratique et difficile à s’habituer et n’est pas très ergonomique , mais qui ne peut pas être attendue de ce qui est essentiellement un dos polaroid. Il y a des avantages uniques pour le LC-A + qui pourraient rendre les inconvénients intéressants pour certains, comme avoir la lentille la plus brillante dans cette sélection et être le seul capable de se synchroniser avec le flash externe.

Pour ceux qui n’apprécient pas l’aspect unique de ses images, le reste des options ici sera un meilleur choix .

Leica Sofort

leica-sofort

250 €

leica-camera.com

Le Leica Sofort est un basé sur le Fujifilm Instax Mini 90. Ils ont la même batterie rechargeable.

Pourquoi donc les 200 € supplémentaires ? Oui, il y a bien ce logo rouge qui va bien avec le AUTOMATIK-HEKTOR écrit sur la lentille.

Ok, arrêtons de blâmer Leica. Nous ne pouvons pas nécessairement dire qu’ils ne peuvent pas réglé les problèmes du Fujifilm, mais ils sont amélioré un peu l’ergonomie . Il n’y a plus de bouton de déclenchement ou de bouton d’alimentation à l’avant; Il n’y a qu’un seul déclencheur à l’endroit naturel et l’interrupteur d’alimentation est au dos. La conception est plus angulaire et la Sofort est plus facile à saisir que la mini 90 qui est arrondi et glissant.

Il utilise les même paramètres de contrôles que le mini 90. Un bouton de mode parcourt les modes un peu différents. Il y a le mode selfies, partie, sports, macro et exposition multiple.

Ils ont fait un autre changement de la mini 90. La bague avant bascule entre les deux paramètres de mise au point au lieu de modes de prise de vue comme il a fait sur le 90, permettant un degré de contrôle supplémentaire qui n’était pas sur les Fujifilm – En mode de prise de vue, ce qui a également été modifié est e comportement du flash. Il y aune différence, et il capable de complètement de désactiver le flash se qui rend le Sofort plus contrôlable que sur les Fujifilm, tout en étant également en mesure de laisser la prise de vue automqatique de l’appareil pour ne pas gaspiller le film.

À la fin, nous sommes triste que le Leica coûte plus de deux fois plus cher que le mini 90, car il est beaucoup mieux l’Instax mini. Mais le surcoût n’est pas justifié pour les quelques améliorations.

MiNT InstantFlex TL70

mint-1

395 €

www.mint-camera.com

Le MiNT Instant Flex TL70 ne ressemble en rien au reste.

Il reprend le design d’un moyen format bi-objectifs non seulement pour donner un look vintage, mais aussi donner au photographe un viseur fonctionnel et une mise au point manuelle précise. Aucun autre appareil photo instantanée ne fait cela, et c’est le désir du photographe qualifié.

L’appareil photo s’allume en ouvrant l’appareil. La mise au point s’effectue à travers le viseur et avec une loupe rabattable pour plus de précision. La distance de mise au point minimale est de 0,48 m, bien qu’un objectif rapproché est disponible (Option du kit d’accessoire de 116 $) puisse l’abaisser à 0,18 m (avec mise ua point manuelle!). À côté de la molette de mise au point , il y a le réglage d’exposition, il suffit de choisir soit le mode automatique ou «A». Un voyant vert à l’intérieur du viseur indique si l’appareil photo peut effectuer une exposition optimale avec les réglages actuels et un voyant rouge quand l’exposition de sera pas correcte . Il y a aussi un mode ‘B’ ou bulbe pour les expositions longues.

Le déclencheur est à l’avant et est séparé du bouton d’éjection de la photo, ce qui signifie que la caméra est toujours prête pour les expositions doubles. Lorsqu’il est éjecté, la photo se glisse nettement hors d’une petite fente à côté du viseur.

Si nous le prenons hors du contexte des mini caméras Instax, il se trouve dans le haut du panier .

Tout d’abord, la qualité de construction pourrait utiliser être mieux côté raffinement et avec de meilleurs matériaux. Il y a des bords tranchants pour les plastiques utilisés pour le flash pop-up, et la porte arrière à ressort (pour pousser sur le film) ne se ferme pas , suscitant des craintes d’ entrée de lumière.

Il y a quelques problèmes de contrôle aussi. Le cadran d’ouverture est très difficile à tourner, et le réglage de mise au point n’est pas très facile et précis. L’utilisation d’une roulette de rouleau cachée au lieu d’un bouton externe pour l’ajustement de mise au point n’était pas le meilleur choix, et rend difficile à localiser. En outre, bien que l’utilisation de boutons séparés pour le déclencheur et l’éjection de la photo était une excellente idée, les deux boutons sont encastrés et difficiles à trouver en regardant à travers le viseur.

Des commandes légèrement surélevées aurait facilité la localisation sans regarder hors du viseur.

Dernière plainte pour le MiNT qui le rendrait «parfait » il n’ ny aucune façon pour contrôler le flash externe, contrairement à la LC-A +. Il y a un flash intégré, mais il n’existe aucun moyen évident de le contrôler, ce qui le rend difficile à utiliser.

Plaintes à part, la caméra est correcte et très surprenant a sortir. De plus, il est le seul ici qui offre un viseur qui est couplé avec la mise au point , ce qui le distingue du reste des autres appareils photos et le rend la photo instantané encore plus intéressante . Pour le prix astronomique, il faut essayer d’ignorer la qualité de construction, et peut-être gaffer la marque hideuse. Après cela, cet un appareil instantanées le plus amusant à utiliser et qui produit les meilleures images en terme de qualité et de rendu .

 

Le choix du budget: Fujifilm Instax mini 70

Les appareils photo instantanés font de parfait cadeaux, surtout pour ceux qui veulent pas faire confiance à un appareil photo numérique. De plus, ils peuvent être amusants à utilisé même pour le photographe chevronné, en particulier dans des occasions comme des fêtes.

Si vous cherchez à partager la joie de la photo avec un appareil photo instantané, notre recommandation est le Fujifilm 70 . Subtil équilibre entre les réglage des paramètres et l’automatisation, assurant moins de photos loupées , et un fonctionnement facile à comprendre. .

Nous le recommandons mais le mini 8 moins cher pour quelques raisons: le mini 70 a la meilleure ergonomie. que les mini 8 et mini 90, en particulier pour ceux avec les mains plus petites. Son mode selfie et les modes macro étend la convivialité de l’appareil . En plus d’offrir un peu plus de facilité d’utilisation, il permet de garder une configuration simple pour qu’il y ait moins d’erreur d’ exposition ce qui en fait le meilleur choix pour les amateurs de photo .

Le choix du photographe: MiNT InstantFlex TL70

Vous ne cherchez pas un cadeau? Vous voulez un nouveau jouet pour vous? L’argent n’est-il pas un objet?

Si vous pouvez vous le permettre, l’ MiNT InstantFlex TL70 est l’expérience de prise de vue instantanée que nous avons toujours désiré. Le corps de style TLR nous ramène aux temps de l’ argentique moyen format, mais sans tout le travail pour traité les négatifs. Non, il n’est pas parfait, mais en ce moment il n’y a aucune autre caméra instantanée qui offre ce niveau de facilité d’utilisation précise.

Pour le reste des photographes à court d’argent, les résultats, les possibilités créatives et le prix du Lomo’Instant kit avec les trois lentilles représente le meilleur équilibre prix-qualité . Les options de Fujifilm n’offrent pas assez de découplage des divers réglages pour être vraiment créatives, mais les objetcifs supplémentaires disponibles pour le Lomo’Instant ouvrent un univers entier pour simplement de s’amuser.

Nouveaux capteurs Omnivision pour appareils mobiles

Omnivision introduit de nouveaux capteurs pour appareils mobiles

ov16820

Le fabricant chinois de capteurs OmniVision Technologies a annoncé quatre nouveaux capteurs d’image pour les smartphones qui présentent une performance dynamique et une performance sonore améliorées. Les capteurs de 16MP et de 20MP offrent une capacité de plein-puits plus élevée qui permet aux pixels de rassembler plus de charge avant le découpage: augmentation de la gamme dynamique.

Une nouvelle structure permet aux pixels de convertir une plus grande partie de la lumière capturée en charge électrique, ce qui se traduit par une amélioration de la sensibilité de 12,5%, ce qui donne une meilleure performance à faible luminosité. Une meilleure séparation entre les pixels améliore également le bruit en aidant à prévenir la diaphonie de couleur, et devrait donc produire une image plus propre dans des conditions d’obscurité.

Les versions standard de chaque puce permettent d’autres améliorations dans la gamme dynamique en utilisant une méthode qui enregistre deux expositions différentes appelées simultanément zHDR. Le capteur divise les pixels en un motif en zigzag afin que certains enregistrent une longue exposition et d’autres une courte, et les deux expositions sont combinées pour former une image avec une gamme plus large de tons.

Ce sont des capteurs de deuxième génération qui utilisent déjà la détection de phase AF et qui peuvent enregistrer des vidéos 4K.

Les variantes ‘4C’ des deux puces incluent un modèle de réseau de filtres de couleur non standard qui facilite la combinaison du signal à partir de quatre pixels, pour donner des images moins bruyantes et de résolution inférieure.

La société dit qu’ils seront prêts pour la production de masse dans le début de l’année prochaine. Pour plus d’ informations , voir le site OmniVision .

L’architecture Pixel de OmniVision apporte des performances exceptionnelles à faible luminosité et une portée dynamique accrue aux applications avancées d’imagerie

OmniVision Technologies, Inc., l’un des principaux développeurs de solutions d’imagerie numérique de pointe, a présenté aujourd’hui sa toute dernière technologie de pointe en matière de pixel: PureCel®Plus et PureCel®Plus-S de deuxième génération. Conformément à la tradition d’OmniVision de fournir des capteurs d’image de pointe, la technologie PureCel Plus de deuxième génération offre des améliorations significatives par rapport à la génération précédente, comme une plus grande capacité pleine capacité (FWC), une meilleure sensibilité, un rapport signal / bruit accru SNR) et des performances améliorées en faible luminosité. Bien que le développement initial ait été axé sur le support de petits produits de pixel pour les applications mobiles, cette technologie bénéficiera ultimement à beaucoup d’autres applications de capteur d’image.

La technologie PureCelPlus de deuxième génération d’OmniVision présente diverses améliorations de performance, notamment:

  • Augmentation de 20% dans le FWC, permettant une plus grande gamme dynamique.
  • Une nouvelle structure en métal composite (CMG), qui augmente l’efficacité quantique des pixels et améliore les performances des capteurs à faible luminosité, ce qui améliore de 12,5% la sensibilité.
  • Amélioration de la structure d’isolation par tranchée profonde (DTI), ce qui réduit encore la diaphonie en couleur et améliore le nombre de SNR10 (indice de performance de faible luminosité) de 10 lux.

Ces améliorations structurelles permettent également aux capteurs de petits pixels d’avoir une meilleure tolérance aux angles lumineux incidents. Cela permet aux systèmes d’imagerie d’utiliser des lentilles inférieures de nombre F pour une meilleure luminosité et de réaliser des hauteurs de module inférieures qui sont essentielles pour les modèles de téléphone plus minces.

«Maintenir une bonne qualité d’image et des performances de capteurs pour de petits pixels dans des conditions de faible luminosité a toujours été un défi dans l’espace d’imagerie numérique. OmniVision a livré des progrès techniques croissants au fil des ans pour répondre à ce besoin du marché », a déclaré le Dr Song Xue, directeur senior de la technologie des capteurs chez OmniVision. «Notre technologie PureCelPlus de seconde génération permet à nos utilisateurs finaux de capturer des photos haute qualité et haute résolution, même dans des environnements d’éclairage difficiles.»

La technologie PureCel Plus-S de deuxième génération d’OmniVision permettra de nouvelles familles de capteurs compacts de 20 mégapixels et de 16 mégapixels. Les OV20880 et OV20880-4C de 20 mégapixels et les OV16885 et OV16885-4C de 16 mégapixels sont conçus pour fournir des images haute résolution aux smartphones haut de gamme dans une variété de conditions d’éclairage.

Les OV20880, OV20880-4C, OV16885 et OV16885-4C sont actuellement disponibles pour l’échantillonnage et devraient entrer dans la production en volume au premier trimestre de 2017.

DxO ViewPoint 3

DxO ViewPoint 3 est disponible aujourd’hui, ajoutant la correction automatique de l’horizon et de la distorsion au logiciel de correction d’objectif grand angle de DxO. Les outils de correction de distorsion manuelle existants sont maintenant complétés par une option entièrement automatique pour corriger la distorsion géométrique tout en recadrant automatiquement l’image. Un nouveau look «miniature» est également ajouté, offrant un effet d’inclinaison qui peut être ajusté par l’utilisateur – vous pouvez ajuster la direction des gradients de flou et même modifier l’apparence du bokeh en spécifiant la forme du «virtuel» iris’.

DxO ViewPoint 3 est maintenant disponible pour Mac et Windows. Jusqu’au 4 décembre, il est offert pour 50 $ / £ 39, un rabais sur le prix habituel de 79 $ / £ 59.

DxO annonce DxO ViewPoint 3, une mise à jour majeure de son logiciel de correction d’objectif grand-angulaire

Les nouveaux outils automatiques de correction de perspective et d’horizon sont complétés par un effet miniature qui imite parfaitement les lentilles de changement d’orientation

Réductions spéciales sur tous les logiciels DxO jusqu’au 4 décembre 2016

DxO, leader mondial des technologies d’imagerie numérique, annonce une importante mise à jour de DxO ViewPoint, son logiciel simple mais puissant qui corrige automatiquement les problèmes inhérents aux photographies prises avec des objectifs grand-angle. DxO ViewPoint 3 s’appuie sur la science avancée des images de DxO pour corriger automatiquement les perspectives et les horizons asymétriques en un seul clic, ce qui rend le processus rapide et facile. La mise à jour présente également un nouvel outil qui produit un effet miniature remarquable, le premier logiciel de ce type à reproduire parfaitement le look populaire rendu célèbre par les lentilles de changement d’orientation.

DxO ViewPoint est un logiciel de traitement d’image simple, mais puissant pour Mac et Windows, sur lequel des milliers de photographes comptent pour des photos prises avec leurs lentilles grand-angle grâce à sa capacité à résoudre les problèmes de perspective les plus complexes et à restaurer la forme naturelle Sujets situés sur les bords des photos. DxO ViewPoint bénéficie des corrections automatiques fournies par DxO Optics Modules, développé par une analyse laborieuse de milliers de combinaisons de caméras et d’objectifs.

Les outils de correction de perspective existants ont été considérablement améliorés grâce à un mode innovateur et entièrement automatique qui peut instantanément corriger la distorsion géométrique, redresser les lignes horizontales et verticales et recadrer automatiquement les images, éliminant ainsi les distorsions tout en préservant l’information maximale sur l’image. Le nouvel outil de correction d’horizon automatique est également efficace pour corriger les images de paysage et architecturales biaisées. Un seul clic détecte les lignes droites les plus pertinentes dans l’image, qui sont analysées pour déterminer l’horizon correct.

« DxO ViewPoint est devenu un outil essentiel pour moi en photographiant avec mes lentilles grand-angle, qui par leur nature même induire toutes sortes de déformations étranges », a déclaré le photographe d’architecture, Luca Nicolao. « Ses outils me permettent de corriger facilement les distorsions et les distorsions, ce qui me permet d’obtenir une composition beaucoup plus naturelle dans mes images. »

DxO ViewPoint 3 ajoute également un nouvel outil novateur et utile qui simule parfaitement la réduction de la profondeur de champ qui est identique au type d’apparence créative qui nécessitait auparavant l’achat de lentilles de changement d’inclinaison coûteuses et délicates. Pour reproduire l’aspect miniature, DxO ViewPoint 3 affiche l’emplacement et l’intensité de deux gradients flou que l’utilisateur peut ajuster de façon symétrique ou asymétrique. L’application permet même aux photographes de simuler un type précis de bokeh.

Avec une seule licence, DxO ViewPoint fonctionne à la fois comme une application autonome et comme plug-in pour DxO OpticsPro, Adobe Lightroom, Photoshop et Photoshop Elements. DxO ViewPoint 3 peut être utilisé comme plugin pour DxO OpticsPro à partir de la version 11.3 (également disponible).

Prix et disponibilité

DxO ViewPoint 3 pour Mac et Windows est immédiatement disponible dans la boutique en ligne DxO ( shop.dxo.com ) et à photo revendeurs à une remise spéciale à 4 Décembre, 2016:

  • EUR: 49 € au lieu de 79 €

Les photographes qui ont acquis une licence DxO ViewPoint le 1er septembre 2016 ou après cette date ont droit à une mise à niveau gratuite vers la version 3.

Une version d’ essai entièrement fonctionnelle de DxO ViewPoint 3, pour un mois, est disponible sur le site DxO: http://www.dxo.com/us/photography/download

Nouveaux drones Phantom 4 Pro et Inspire 2

DJI annonce les nouveaux drones Phantom 4 Pro et Inspire 2

 
DJI a annoncé la sortie de deux nouveaux drones, le Phantom 4 Pro et l’Inspire 2, et tous deux sont commercialisés avec des  avec des mises à niveau intéressantes et de nouvelles fonctionnalités.Le Phantom 4 Pro est doté d’un obturateur mécanique permettant d’éliminer les effets de volets roulants  Motion.Il peut enregistrer 4K / 60p vidéo à 100 mbps et offre la compression vidéo H.265. Sa fonctionnalité FlightAutonomy utilise trois ensembles de systèmes visuels pour cartographier les obstacles devant, derrière et en dessous du drone pour l’aider à éviter les obstacles. Au moment de l’ atterrissage .La fonction de protection permet d’éviter l’atterrissage sur des terrains irréguliers ou sur de l’eau.Il a une vitesse maximale de 72Km/h et une batterie haute performance fournit jusqu’à 30 minutes de temps de vol.Il comprend également de nouveaux modes de vol intelligents.Le Inspire 2, semblable au modèle Inspire 1 de DJI, est orienté vers le public professionnel et semi-professionnel.Son corps en alliage magnésium-aluminium augmente la rigidité tout en réduisant le poids, tandis qu’un nouveau système de batterie permet un temps de vol allant jusqu’à 27 minutes.Il offre également une nouvelle caméra orientée vers l’avant qui donnera au pilote une vue pour le vol tandis qu’un opérateur de caméra peut contrôler indépendamment la caméra Zenmuse montée sur le cardan principal.Il inclut un nouveau système de traitement d’image, appelé CineCore 2.0, qui améliore le traitement des fichiers et prend en charge la vidéo 5.2K à 4,2 Gbps pour la capture vidéo CinemaDNG Raw, ainsi que le support pour ProRes 422 HQ, ProRes 4444 XQ, H.264 et H. 265.DJI a également publié deux nouvelles caméras Zenmuse pour une utilisation avec l’Inspire 2. Le Zenmuse X4S comprend un capteur de 1,20MP avec 11,6 arrêts de gamme dynamique, un objectif 24mm F2.8-11 et un obturateur mécanique. MP Micro Quatre Troisième capteur avec 12,8 arrêts de gamme dynamique, et il supporte 8 lentilles allant de grands angles à zooms. DJI dit qu’un support de poche sera disponible pour les deux caméras à l’avenir.Le Phantom 4 Pro sera vendu au prix de 1 499 $  / 1599 € avec un contrôleur standard et de 1 799 $ / 1899€ avec un contrôleur d’affichage à haute luminance.Le Inspire 2 sera vendu au prix de 2 999 $ / 3199€ (avion seulement) et 6 198 $ 6300€ pour l’Inspire 2 avec la caméra X5S, CinemaDNG et Apple ProRes, mais sera disponible pour 5 999 $ 6200€ si commandé avant le 1er janvier 2017.Si vous voulez mettre la main sur l’une de celles-ci, vous n’aurez pas à attendre très longtemps: le Phantom 4 Pro commencera à être expédié une semaine après le lancement, le combo Inspire 2 / X5S commencera à être livré début décembre et le Inspire 2 et X4S / X5S vendues séparément seront expédiées au début de janvier 2017. Tous les produits sont disponibles en pré-commande immédiate.

DJI augmente la qualité de  l’image aérienne avec deux nouveaux appareils-photo de vol

Inspire 2 et Phantom 4 Pro offrent aux créateurs des outils uniques à hautes performances

 DJI, le leader mondial de la technologie aérien sans pilote, introduit deux nouveaux drones qui augemente la qualité de l’ imagerie professionnelle: Inspire 2, la meilleure plateforme prête à voler pour le cinéma et vidéo et la  créataion haut de gamme, et Phantom 4 Pro, la caméra volante la plus intelligente et la plus créative pour  sa taille.

« Les cinéastes professionnels et les photographes poussent plus long pour à créer des images qui n’ont jamais été vus avant, et DJI ne cesse d’essayer de leur créer  des outils pour réaliser leur vision », a déclaré Frank Wang, PDG et fondateur de DJI. «Nos nouvelles plateformes de vol et nos caméras aériennes stabilisées sont plus intelligents, plus rapides et plus puissantes que jamais. Nous ne pouvons pas attendre pour voir comment les créateurs utilisent Inspire 2 et Phantom 4 Pro pour capturer des images éblouissantes. « 

Inspire 2

Imagerie avancée pour les résultats professionnels

Inspire 2 offre des capacités puissantes et est facile à utiliser. Le nouveau corps en alliage d’aluminium et de magnésium augmente la rigidité tout en réduisant le poids. Il a une vitesse de pointe de 108 km/h et prend seulement 4 secondes pour accélérer à 80  km/h. Avec le nouveau système de batterie double, le temps de vol est de 27 minutes. Une nouvelle caméra orientée vers l’avant offre au pilote la meilleure vue de vol pour faire fonctionner le contrôleur principal, tandis que l’opérateur de caméra reçoit une alimentation séparée de la caméra Zenmuse professionnelle montée sur le cardan principal. L’Inspire 2 prend en charge les tout nouveaux appareils Zenmuse X4S et X5S et supporte d’autres caméras à l’avenir.

Un système de traitement d’image entièrement nouveau, appelé CineCore 2.0, est intégré dans la cellule, ce qui permet de traiter des fichiers volumineux plus rapidement que jamais. Inspire 2 capture une vidéo de 5,2 ko à 4,2 Gbps pour les vidéos RAW d’Adobe CinemaDNG et exploite un nouveau stockage CINESSD conçu pour une expérience de travail fluide. Une variété de formats de compression vidéo sont pris en charge par CineCore 2.0, y compris Adobe CinemaDNG, Apple ProRes 422 HQ (5,2 K, 4 K) et ProRes 4444 XQ (4K), H.264 et H.265. Lors de l’enregistrement vidéo 4K en H.264 et H.265, le birate est jusqu’à 100Mbps.

Inspire 2 offre une capacité et un contrôle professionnels adaptés à de nombreux scénarios. Avec les hélices optionnelles en altitude, Inspire 2 peut atteindre un plafond de service maximal de 16 404 pieds au-dessus du niveau de la mer, et le système de redondance à double batterie auto-chauffante maintient les bonnes performances de la batterie à -4 degrés Fahrenheit. Grâce à un mode optimisé, Inspire 2 flux de vidéo en douceur à la norme de diffusion 1080i50 / 720p60 largement utilisé. La transmission vidéo Lightbridge améliorée rend la vidéo HDMI plus lisse possible.

Haute performance et fiabilité professionnelle

Le système à double batterie garantit que si une batterie tombe en panne pendant un vol, l’autre sera en mesure de fournir de l’énergie pour un retour sûr à la maison. Des capteurs de vision stéréo ont été inclus sur le devant et le bas de Inspire 2 pour la détection d’obstacle, et les capteurs infrarouges vers le haut sur le dessus de l’avion ajoutent la protection en volant dans les espaces clos.

Le système de propulsion redessiné peut transporter en toute sécurité Inspire 2 par des mouvements incroyables de caméra verticale, grimpant à près de 20 pieds / seconde et descendant à près de 30 pieds / seconde. Des systèmes redondants assurent la fiabilité de l’IMU, du baromètre, de la communication électronique du régulateur de vitesse et des modules de navigation par satellite. La gamme de contrôleurs maître et esclave s’étend maintenant à 328 pieds et les utilisateurs peuvent basculer entre les fréquences 2,4 GHz et 5,8 GHz pour couper tout bruit pour une plus grande stabilité du signal.

Liberté créative

Les nouveaux modes de vol intelligents d’Inspire 2 étendent la technologie de vision par ordinateur de DJI pour parcourir en toute sécurité des itinéraires qui donnent aux créateurs de nouvelles façons de capturer ce qu’ils envisagent. Spotlight Pro Mode se bloque sur un sujet pendant le vol alors que l’avion vole librement dans une autre direction – et tourne automatiquement l’avion pour rester sur le tir si le cardan atteint sa limite de rotation. La caméra orientée vers l’avant offre TapFly, qui dirige Inspire 2 à n’importe quel point sur l’écran tout en évitant les obstacles le long du chemin. ActiveTrack reconnaît les sujets communs tels que les gens, les voitures et les animaux, envoient Inspire 2 à suivre derrière, conduire en avant, le cercle au-dessus ou suivre le long de tout en volant toujours en avant, assurant le système de détection d’obstacles orienté vers l’avant maintient l’avion sûr.

Nouvelles caméras Zenmuse

DJI améliore le potentiel d’imagerie de l’Inspire 2 en élargissant sa gamme de caméras interchangeables Zenmuse, qui sont conçues pour l’imagerie aérienne et de communiquer directement avec le cardan de l’avion et les contrôleurs de vol. Pour les situations nécessitant un équilibre entre poids et qualité d’image, le nouveau Zenmuse X4S possède un capteur de 1 pouce de 20 mégapixels avec 11,6 arrêts de plage dynamique et une distance focale de 24 mm. Le Zenmuse X4S offre un contrôle d’ouverture (f2.8-11) et un obturateur mécanique qui annule la distorsion du volet roulant. Le nouveau Zenmuse X5S possède un plus grand capteur Micro Four Thirds avec 20,8 mégapixels et une incroyable 12,8 arrêts de gamme dynamique. La caméra Zenmuse X5S prend désormais en charge 8 lentilles de grands angles aux zooms. Il tire 20fps burst continu DNG RAW (20,8 MP). À l’avenir, une monture portative sera disponible pour les caméras Zenmuse X4S et X5S, ce qui permettra de réduire le nombre de caméras au sol pour des films plus flexibles.

Accessoires professionnels pour améliorer la performance

Une série de puissants accessoires DJI répondra aux besoins des opérateurs dans diverses conditions de tournage. DJI Focus, station de recharge de batterie, DJI CINESSD, station CINESSD et autres accessoires optionnels sont disponibles.

Un moniteur IPS à haute luminosité DJI Crystalsky en option est doté d’un écran ultra-brillant qui est clairement visible à la lumière directe du soleil et idéal pour le tir en plein air. Il est livré dans des tailles de 5,5 pouces et 7,85 pouces, avec la plus haute luminosité jusqu’à 1000 cd / m2 et 2000 cd / m2 respectivement, et son système dédié réduit la latence de transmission vidéo. Double Micro-SD Slots carte à l’écran, il est facile de sauvegarder des images et peut également être utilisé pour transférer et lire des fichiers. Il fonctionne dans des conditions de température extrêmes de -4 degrés à 104 degrés Fahrenheit.

Phantom 4 Pro

Imagerie professionnelle

Phantom 4 Pro offre un puissant système d’imagerie pour les créateurs photo et vidéo professionnels ainsi que les non-professionnels qui exigent l’excellence de la caméra et la plate-forme qu’ils utilisent pour poursuivre leurs visions créatives. La caméra dispose maintenant d’un capteur de 1 pouce de 20 mégapixels, et près de 12 arrêts de la gamme dynamique de mettre en évidence des niveaux de détail et des performances de faible luminosité sans précédent dans une caméra volante de cette taille. Son obturateur mécanique élimine la distorsion du volet roulant dans les scènes rapides. Phantom 4 Pro peut capturer une vidéo 4K à ralenti jusqu’à 60 fps à un débit binaire maximal de 100 mbps. En outre, le Phantom 4 Pro offre la compression vidéo H.265, ce qui améliore sensiblement la qualité vidéo au même débit binaire.

Fiable avec le système FlightAutonomy amélioré

Phantom 4 Pro s’appuie sur le système original d’évitement d’obstacles de DJI avec FlightAutonomy – trois ensembles de systèmes visuels qui construisent une carte 3D d’obstacles devant, derrière et en dessous de l’avion, ainsi que des systèmes de détection infrarouge des deux côtés. FlightAutonomy peut positionner, naviguer et planifier des itinéraires pour Phantom 4 Pro, ce qui lui permet d’éviter les obstacles dans une plage de détection allant jusqu’à 98 pieds à l’avant et à l’arrière, même dans des environnements 3D complexes. Lorsque vous retournez à la maison et que vous effectuez un taraudage pour lancer le décollage ou l’atterrissage automatique, la fonction de protection de l’atterrissage est capable de détecter et d’éviter l’atterrissage sur des terrains ou des eaux irrégulières. Phantom 4 Pro dispose d’une technologie de batterie haute performance qui fournit jusqu’à 30 minutes de temps de vol. Le Phantom 4 Pro vole à 31 mi / h en mode P avec l’évitement d’obstacle en vigueur, et a une vitesse de pointe 45 mph en mode sport.

Contrôle professionnel avec nouvelle télécommande

La nouvelle télécommande compacte révolutionnaire de Phantom 4 Pro est livrée avec un écran haute luminance en option, offrant une vue HD claire et vivante de la caméra principale ainsi que des données de télémétrie essentielles, même en plein soleil. L’avion choisira automatiquement entre 2,4 GHz et 5,8 GHz une fois sous tension pour obtenir un signal clair dans les zones à forte interférence radio. Le nouveau contrôleur est doté d’un GPS intégré, d’une boussole, d’un port pour carte Micro-SD et d’un port HDMI.

Vol Intelligent

De nouveaux modes de vol intelligents font de Phantom 4 Pro la caméra volante la plus intelligente de sa taille, ouvrant de nouvelles perspectives pour les créateurs, comme le nouveau mode Draw qui permet aux opérateurs de dessiner des lignes sur l’écran du contrôleur et de diriger le Phantom 4 Pro pour piloter cette route.

ActiveTrack reconnaît les sujets communs tels que les personnes et les vélos, puis les suit à partir de n’importe quel angle tout en conservant la mise au point de la caméra, et comprend trois nouveaux modes – New Circle, Profile et Spotlight.

La détection étroite améliore la sensibilité à l’évitement des obstacles afin que l’avion puisse voler dans des environnements complexes comme des portes étroites. TapFly fonctionne maintenant en arrière et vient avec un nouveau mode Free qui permet à un pilote de définir la direction de vol, de faire tourner le Phantom 4 Pro ou d’incliner le cardan sans changer la direction du vol. Avec la nouvelle fonction AR Route, les opérateurs pourront indiquer l’itinéraire de vol à l’écran.

Comme une caractéristique de sécurité supplémentaire, dans une minute de perdre le signal GPS, l’avion retourne automatiquement à la dernière position connectée et y planter précisément pour attendre la commande du pilote. Avec la fonction de retour à la maison améliorée, l’avion sait où il doit aller de jusqu’à 984 pieds de distance et évite les obstacles le long de l’itinéraire.

Nouveau Canon EOS 5D Mark IV

Caractéristiques du nouveau Canon EOS 5D Mark IV qui sera dévoilé à la Fotokina de Cologne en septembre. ( Source Digicame-info )

canon_5d4_f001-copie

 

Capteur CMOS de 30,4 Mpixels

Autofocus Dual Pixel sur le capteur CMOS

Module autofocus à 61 collimateurs

Cellule à capteur RVB + IR de 150.000 pixels

Dispositif anti-fliker (anti-scintillement)

Rafale à 7 images/sec

Plage de sensibilités : 100 à 102.400 ISO (sensibilité étendue)

Ecran tactile (non orientable), protégé contre la poussière et les éclaboussures

Vidéo 4K à 30 im/s Vidéo HD à 120 im/s (pour les ralentis)

Possibilité d’extraire des photos JPEG de 8 Mpixels des vidéos 4K

Fonction intervallomètre

GPS intégré

Wi-fi, NFC

Cartes SD, SDHC, SDXC et CompactFlash Type II

Connecteurs USB 3.0 et HDMI

Dimensions : 150,7 mm x 116,4 mm x 75,9 mm

Poids : 890 g

Il sera commercialisé en kit  avec le nouveau objectif EF 24-105 mm f/4 L IS II USM (qui remplace le modèle actuel sorti en 2005 avec le premier EOS 5D) et du EF 24-70 mm f/4 L IS USM va peut-être voir son prix baisser.

Canon EOS 5D Mark IV

Canon EOS 5D Mark IV + 24-70 mm en kit

Canon EOS 5D Mark IV + 24-105 mm en kit

Battery grip Canon E20 BG  Pour le 5D Marl IV

A noter le renouvellement du EF 16 -35mm/f2.8 en version III

Témoignage de Robert Hurt astronaute du Jet Propulsion Laboratory de la NASA

Robert Hurt est astronaute au Jet Propulsion Laboratory de la NASA, il retravaillent les images fourni par les télescopes spatiaux à l’aide de Photoshop et autres logiciels photos . L’ article à été publié en anglais sur le blog d’ Adobe .

Vous voulez savoir à quoi ressemble 100 millions d’étoiles ?

Si oui, consultez cette image d’Andromède, une galaxie située à  2,5 millions d’années-lumière de la terre . L’image de 1,5 milliard de pixels a été prise par le télescope spatial Hubble,  l’image de haute résolution produite par Hubble est composé de 7,398 expositions et envoyées vers la Terre pour que le public la visionnent.

AndromedaM31_HST-1024x379

La préparation des photographies  comme celles-ci ne sont pas aussi facile à réaliser qu’un selfie, pour la la partager sur les médias sociaux. Comme pour les rovers martiens, envoyer des images vers la Terre et des télescopes spatiaux sont de plus en plus efficaces, les scientifiques du Jet Propulsion Laboratory de la NASA (JPL) ont souvent besoin de combiner leur connaissance de l’astronomie avec des compétences avancées d’édition d’image pour transformer les données brutes afin de réaliser des images cosmiques à couper le souffle . En effet, les premières images numériques ainsi que les outils de traitement des photos ont éffectivement été inventé au JPL , il y a cinquante ans, et pour produire ces images époustouflantes aujourd’hui, les scientifiques continuent à utiliser une variété de logiciels de retouche d’image, y compris les outils Adobe Photoshop.

Aider les robots de Mars

Si vous considérez, par exemple, le terrain accidenté et rocheux que les rovers martiens doivent traverser tout en prenant des photos, il y a souvent beaucoup de travail pour les spécialistes . Car les rovers martiens sont rarement alignés avec un horizon plat, et leurs caméras sont orientées principalement pour se concentrer sur le paysage et la géologie, les expositions photographiques ne sont pas ajustées pour compenser les variations de luminosité de l’atmosphère. Pour résoudre ce problème, les spécialistes de l’image qui travailleny au JPL utilisent souvent Photoshop pour ajuster et remplacer , avec des dégradés de couleurs,  un ciel dentelées ou délavées.

Comme de nombreux internautes qui consultent les sites de la NASA l’auront remarqué, les caméras de rover martien fournissent également des images stéréo d’une image de la droite et l’autre à partir de la gauche, de la même façon nos yeux fonctionnent, ce qui permet aux éditeurs photos de créer facilement une image réaliste en couleur 3D dans Photoshop. Mais parce que les images sont souvent prises dans une série, il peut être difficile de les assembler ensemble . L’ assemblage des images peuvent nuire à l’impact visuel d’une photo, de sorte que les experts en image de traitement de la NASA ont développé des méthodes utilisant des modèles d’appareils photo et de raccordement afin de pouvoir relier et aligner différents points de données à travers ces assemblages . Pour compléter les mosaïques, les spécialistes font des variations de luminosité  à l’aide de Photoshop pour compenser la poussière martienne et  corriger son interaction avec la lumière du soleil sur les lentilles de l’appareil.

JPL souligne que les modifications apportées à l’aide de Photoshop sont des améliorations sur l’aspect esthétique des images dont la majorité sont déjà étonnante,  dans leur forme originale et que l’intégrité scientifique des images est leur priorité. Pour les puristes, ou ceux qui souhaitent faire leurs propres chefs-d’œuvre d’images spatiales , la NASA met toutes les images des rovers à la disposition du public  non transformés.

Un homme aussi habile dans l’astronomie que dans l’utilisation de Photoshop, le  scientifique Robert Hurt, qui travaille pour le traitement infrarouge de Caltech et Analysis Center. Parmi un certain nombre de projets de la NASA qu’il traite dans son rôle à Caltech, il consacre beaucoup de son temps à traiter des images infrarouges de missions, y compris le Wide-Field Infrared Survey Explorer (WISE) et le télescope spatial Spitzer. « Spitzer est la composante infrarouge du grand programme d’bservation de la NASA, » dont les images fourni est «une chance pour aider à comprendre notre vision de l’univers. »

Robert Hurt

Avec le potentiel pour les belles images qui peuvent être capturées par les caméras trans-galactiques, robert Hurt  dit qu’il a un sentiment de responsabilité artistique et scientifique.

« Je supervise le côté visuel de nos communications scientifiques, » dit-il. « Une grande partie du rendu des images et les données qui sont recueillies par les télescopes, est suivie d’un traitement final qui utilise Photoshop pour créer une images de qualité, pour une  représentation photographique de ce que nous voyons,  et qui est utile pour le public et les astronomes eux même. »

Contrairement à la plupart des autres utilisateurs de Photoshop, qui ont tendance à corriger des images d’objets , de modèles , ou des paysages; la responsabilité de Robert Hurt est le fait qu’il utilise Photoshop pour nous laisser voir ce qui est littéralement invisible et parce que les objets astronomiques sont insondable de loin.

OrionM42_WISE
La nébuleuse d’Orion, M42, comme imagé par grand champ de la NASA Infrared Survey Explorer, ou WISE, en Janvier 2013. Les représentations de longueur d’onde infrarouge (bleu = plus chaud, vert / rouge = plus froides), de gauche à droite: rouge, vert, cyan, bleu, cru 3 canaux, réglage de niveau, 4ème canal de cyan et composite finale Photoshop. Crédit: NASA / JPL-Caltech / UCLA.

«Je prends essentiellement des données brutes de niveaux de gris et  différentes parties du spectre infrarouge, puis je retrace les couleurs visibles, généralement avec des rouges, verts et bleus avec les calques Photoshop pour créer des images qui représente précisément des couleurs infrarouges que les yeux humains ne peuvent voir », explique t-il. «Je pense comme un processus de traduction visuelle. »

Pour atteindre cet objectif, Hurt doit non seulement comprendre l’astronomie afin de l’impliqué dans l’ image donnée, mais aussi comment utiliser la myriade d’outils de Photoshop pour représenter au mieux l’univers.

« Mon flux de travail général , » dit-il, « s’est d’abord de prendre les données d’observation originaux du télescope, qui est une sorte de représentation HDR du ciel. Chaque observation impliqué dans la compilation de cette image HDR aura alors son propre groupe de calque dans Photoshop, à laquelle je vais faire des ajustements de couche et des ajustements de courbe pour faire ressortir le contraste et les détails importants dans les données. Parfois, je vais apporter des photos en lumière visible de Hubble de la même région astronomique, ainsi,  superposer les données de Spitzer  dessus pour créer des images mettant en évidence les contrastes intéressants entre les différentes parties du spectre afin que le grand public puissent apprécier et comprendre.  »
SombreroSpitzerHST
Cette image composite  (à droite) de la galaxie du Sombrero, M104, a été produite en combinant des images de Spitzer de la NASA (à gauche) et télescopes spatiaux Hubble (milieu).

Crédit: Infrarouge: NASA / JPL-Caltech / R. Kennicutt (Université de l’Arizona) et la chante équipe.

Malgré les images d’un autre monde, Hurt est empressé d’ajouter que son travail est souvent différent « de l utilisation de Photoshop » de ce qui se passe dans tout autre domaine. « L’optique de l’appareil peuvent créer des artefacts qui pour un spectateur lambda pourrait ressembler à quelque chose de réel dans l’univers, » explique t-il. « Mais ce sont des choses que nous voulons « nettoyer » de l’image, pour pas que les gens puissent penser qu’il y ait  certaine chose étrange dans l’image quand il n’y a pas.» Toutefois, ce n’est généralement pas facile, parce qu’il y a toujours le risque d’enlever des données scientifiques réelles.

«Je garde toujours mes calques, générant des fichiers volumineux de plusieurs gigaoctets, parce que je veux être en mesure de revenir en arrière ou cas ou je supprime accidentellement quelque chose de réel. »  « Trouver la différence entre une tare numérique et un objet astrophysique , c’est la ou l’ astronome entre en jeu. «