Nouveau Canon EOS 5D Mark IV

Caractéristiques du nouveau Canon EOS 5D Mark IV qui sera dévoilé à la Fotokina de Cologne en septembre. ( Source Digicame-info )

canon_5d4_f001-copie

 

Capteur CMOS de 30,4 Mpixels

Autofocus Dual Pixel sur le capteur CMOS

Module autofocus à 61 collimateurs

Cellule à capteur RVB + IR de 150.000 pixels

Dispositif anti-fliker (anti-scintillement)

Rafale à 7 images/sec

Plage de sensibilités : 100 à 102.400 ISO (sensibilité étendue)

Ecran tactile (non orientable), protégé contre la poussière et les éclaboussures

Vidéo 4K à 30 im/s Vidéo HD à 120 im/s (pour les ralentis)

Possibilité d’extraire des photos JPEG de 8 Mpixels des vidéos 4K

Fonction intervallomètre

GPS intégré

Wi-fi, NFC

Cartes SD, SDHC, SDXC et CompactFlash Type II

Connecteurs USB 3.0 et HDMI

Dimensions : 150,7 mm x 116,4 mm x 75,9 mm

Poids : 890 g

Il sera commercialisé en kit  avec le nouveau objectif EF 24-105 mm f/4 L IS II USM (qui remplace le modèle actuel sorti en 2005 avec le premier EOS 5D) et du EF 24-70 mm f/4 L IS USM va peut-être voir son prix baisser.

Canon EOS 5D Mark IV

Canon EOS 5D Mark IV + 24-70 mm en kit

Canon EOS 5D Mark IV + 24-105 mm en kit

Battery grip Canon E20 BG  Pour le 5D Marl IV

A noter le renouvellement du EF 16 -35mm/f2.8 en version III

Témoignage de Robert Hurt astronaute du Jet Propulsion Laboratory de la NASA

Robert Hurt est astronaute au Jet Propulsion Laboratory de la NASA, il retravaillent les images fourni par les télescopes spatiaux à l’aide de Photoshop et autres logiciels photos . L’ article à été publié en anglais sur le blog d’ Adobe .

Vous voulez savoir à quoi ressemble 100 millions d’étoiles ?

Si oui, consultez cette image d’Andromède, une galaxie située à  2,5 millions d’années-lumière de la terre . L’image de 1,5 milliard de pixels a été prise par le télescope spatial Hubble,  l’image de haute résolution produite par Hubble est composé de 7,398 expositions et envoyées vers la Terre pour que le public la visionnent.

AndromedaM31_HST-1024x379

La préparation des photographies  comme celles-ci ne sont pas aussi facile à réaliser qu’un selfie, pour la la partager sur les médias sociaux. Comme pour les rovers martiens, envoyer des images vers la Terre et des télescopes spatiaux sont de plus en plus efficaces, les scientifiques du Jet Propulsion Laboratory de la NASA (JPL) ont souvent besoin de combiner leur connaissance de l’astronomie avec des compétences avancées d’édition d’image pour transformer les données brutes afin de réaliser des images cosmiques à couper le souffle . En effet, les premières images numériques ainsi que les outils de traitement des photos ont éffectivement été inventé au JPL , il y a cinquante ans, et pour produire ces images époustouflantes aujourd’hui, les scientifiques continuent à utiliser une variété de logiciels de retouche d’image, y compris les outils Adobe Photoshop.

Aider les robots de Mars

Si vous considérez, par exemple, le terrain accidenté et rocheux que les rovers martiens doivent traverser tout en prenant des photos, il y a souvent beaucoup de travail pour les spécialistes . Car les rovers martiens sont rarement alignés avec un horizon plat, et leurs caméras sont orientées principalement pour se concentrer sur le paysage et la géologie, les expositions photographiques ne sont pas ajustées pour compenser les variations de luminosité de l’atmosphère. Pour résoudre ce problème, les spécialistes de l’image qui travailleny au JPL utilisent souvent Photoshop pour ajuster et remplacer , avec des dégradés de couleurs,  un ciel dentelées ou délavées.

Comme de nombreux internautes qui consultent les sites de la NASA l’auront remarqué, les caméras de rover martien fournissent également des images stéréo d’une image de la droite et l’autre à partir de la gauche, de la même façon nos yeux fonctionnent, ce qui permet aux éditeurs photos de créer facilement une image réaliste en couleur 3D dans Photoshop. Mais parce que les images sont souvent prises dans une série, il peut être difficile de les assembler ensemble . L’ assemblage des images peuvent nuire à l’impact visuel d’une photo, de sorte que les experts en image de traitement de la NASA ont développé des méthodes utilisant des modèles d’appareils photo et de raccordement afin de pouvoir relier et aligner différents points de données à travers ces assemblages . Pour compléter les mosaïques, les spécialistes font des variations de luminosité  à l’aide de Photoshop pour compenser la poussière martienne et  corriger son interaction avec la lumière du soleil sur les lentilles de l’appareil.

JPL souligne que les modifications apportées à l’aide de Photoshop sont des améliorations sur l’aspect esthétique des images dont la majorité sont déjà étonnante,  dans leur forme originale et que l’intégrité scientifique des images est leur priorité. Pour les puristes, ou ceux qui souhaitent faire leurs propres chefs-d’œuvre d’images spatiales , la NASA met toutes les images des rovers à la disposition du public  non transformés.

Un homme aussi habile dans l’astronomie que dans l’utilisation de Photoshop, le  scientifique Robert Hurt, qui travaille pour le traitement infrarouge de Caltech et Analysis Center. Parmi un certain nombre de projets de la NASA qu’il traite dans son rôle à Caltech, il consacre beaucoup de son temps à traiter des images infrarouges de missions, y compris le Wide-Field Infrared Survey Explorer (WISE) et le télescope spatial Spitzer. « Spitzer est la composante infrarouge du grand programme d’bservation de la NASA, » dont les images fourni est «une chance pour aider à comprendre notre vision de l’univers. »

Robert Hurt

Avec le potentiel pour les belles images qui peuvent être capturées par les caméras trans-galactiques, robert Hurt  dit qu’il a un sentiment de responsabilité artistique et scientifique.

« Je supervise le côté visuel de nos communications scientifiques, » dit-il. « Une grande partie du rendu des images et les données qui sont recueillies par les télescopes, est suivie d’un traitement final qui utilise Photoshop pour créer une images de qualité, pour une  représentation photographique de ce que nous voyons,  et qui est utile pour le public et les astronomes eux même. »

Contrairement à la plupart des autres utilisateurs de Photoshop, qui ont tendance à corriger des images d’objets , de modèles , ou des paysages; la responsabilité de Robert Hurt est le fait qu’il utilise Photoshop pour nous laisser voir ce qui est littéralement invisible et parce que les objets astronomiques sont insondable de loin.

OrionM42_WISE
La nébuleuse d’Orion, M42, comme imagé par grand champ de la NASA Infrared Survey Explorer, ou WISE, en Janvier 2013. Les représentations de longueur d’onde infrarouge (bleu = plus chaud, vert / rouge = plus froides), de gauche à droite: rouge, vert, cyan, bleu, cru 3 canaux, réglage de niveau, 4ème canal de cyan et composite finale Photoshop. Crédit: NASA / JPL-Caltech / UCLA.

«Je prends essentiellement des données brutes de niveaux de gris et  différentes parties du spectre infrarouge, puis je retrace les couleurs visibles, généralement avec des rouges, verts et bleus avec les calques Photoshop pour créer des images qui représente précisément des couleurs infrarouges que les yeux humains ne peuvent voir », explique t-il. «Je pense comme un processus de traduction visuelle. »

Pour atteindre cet objectif, Hurt doit non seulement comprendre l’astronomie afin de l’impliqué dans l’ image donnée, mais aussi comment utiliser la myriade d’outils de Photoshop pour représenter au mieux l’univers.

« Mon flux de travail général , » dit-il, « s’est d’abord de prendre les données d’observation originaux du télescope, qui est une sorte de représentation HDR du ciel. Chaque observation impliqué dans la compilation de cette image HDR aura alors son propre groupe de calque dans Photoshop, à laquelle je vais faire des ajustements de couche et des ajustements de courbe pour faire ressortir le contraste et les détails importants dans les données. Parfois, je vais apporter des photos en lumière visible de Hubble de la même région astronomique, ainsi,  superposer les données de Spitzer  dessus pour créer des images mettant en évidence les contrastes intéressants entre les différentes parties du spectre afin que le grand public puissent apprécier et comprendre.  »
SombreroSpitzerHST
Cette image composite  (à droite) de la galaxie du Sombrero, M104, a été produite en combinant des images de Spitzer de la NASA (à gauche) et télescopes spatiaux Hubble (milieu).

Crédit: Infrarouge: NASA / JPL-Caltech / R. Kennicutt (Université de l’Arizona) et la chante équipe.

Malgré les images d’un autre monde, Hurt est empressé d’ajouter que son travail est souvent différent « de l utilisation de Photoshop » de ce qui se passe dans tout autre domaine. « L’optique de l’appareil peuvent créer des artefacts qui pour un spectateur lambda pourrait ressembler à quelque chose de réel dans l’univers, » explique t-il. « Mais ce sont des choses que nous voulons « nettoyer » de l’image, pour pas que les gens puissent penser qu’il y ait  certaine chose étrange dans l’image quand il n’y a pas.» Toutefois, ce n’est généralement pas facile, parce qu’il y a toujours le risque d’enlever des données scientifiques réelles.

«Je garde toujours mes calques, générant des fichiers volumineux de plusieurs gigaoctets, parce que je veux être en mesure de revenir en arrière ou cas ou je supprime accidentellement quelque chose de réel. »  « Trouver la différence entre une tare numérique et un objet astrophysique , c’est la ou l’ astronome entre en jeu. « 

Canon EOS 5Ds & EOS 5Dr et Canon EF 11-24 f/4L USM

Canon devrait annoncé la semaine prochaine, deux nouveaux reflex  doté d’un capteur full frame de 50.6 Mpx ainsi que le très attendu zoom grand-angle le Canon EF 11-24/4 L USMCanon EOS 5DS

Canon EOS 5DS & EOS 5DS R

  • Principales caractéristiques techniques :
  • Capteur CMOS Full Frame de 50.6MP
  • 5DS R  serait lui dépourvu de filtre passe- bas*
  • Boitier en Magnésium
  • Boitier tropicalisée
  • Double processeurs Dual DIGIC6
  • Sensibilité ISO de 100-6400
  • 5 Images/sec
  • 61 collimateurs AF
  • Autofocus EOS Itr AF
  • Nouveau style image nommé “fine detail”
  • Possibilité de recadrage 1.3x et 1.6x
  • Nouveaux paramètres tactiles personnalisable “Quick Control screen”
  • Mode de prise de vues en fréquence paramétrable afin de créer des Time-Lapses
  • Système  Anti-scintillement

* Le filtre passe-bas optique, parfois appelé « filtre anticrénelage », est intégré dans de nombreux appareils photo numériques, juste devant le capteur d’image. Il sert principalement à supprimer les informations haute fréquence des images et à réduire les phénomènes de moiré et d’altération des couleurs causés par les ondes hautes fréquences. Le moiré apparaît dans les scènes contenant des détails répétitifs, comme les motifs des textiles ou des vêtements, ou les lignes verticales des architectures. Ces motifs ne sont pas présents dans la nature, il est donc très rare de rencontrer ces phénomènes dans les photographies de paysage ou de nature.

ef11-24f4

 

Canon EF 11-24 f/4L USM

  • Zoom  grand angle pour capteur plein format
  • Pare-soleil intégré
  • Tropicalisation
  •  Traitement de surface SWC et ASC
  • Lentille traitées à la fluorine
  • Lentilles asphériques UD
  • ….

Il va falloir encore être patient pour connaître leur disponibilité et leur prix de vente.

Mise à jour des firmware pour les Canon EOS 1D X , Canon EOS 1D C et Canon EOS 5 D Mark III

 

EOS-1D_X

Canon EOS-1D X / Version 2.0.7 et  Canon EOS-1D C / Version 1.3.9

La mise à jour de la version micro-logiciel comprend les améliorations fonctionnelles et les corrections suivantes.

1. Améliore la contrôlabilité de l’AF lors de la prise de vue en mode Live View avec un objectif grand-angle (longueur focale fixe ou zoom).
2. Corrige un phénomène lors duquel, lors de la prise de vue en longue exposition (plusieurs minutes), des lignes verticales apparaissent sur le bord droit des images capturées (photos fixes).
3. Corrige un phénomène lors duquel l’Exposition automatique par plages (AEB) peut ne pas fonctionner comme prévu en mode de prise de vue en continu et où la vitesse d’obturation est supérieure à 1 seconde.
4. Améliore la fiabilité du mécanisme de commande pour le réglage automatique du style d’image.
5. Corrige un phénomène lors duquel le témoin de niveau électronique ne fonctionne pas correctement.
6. Corrige un phénomène lors duquel, lors de l’utilisation de la fonction « enregistrer et lire les réglages de l’appareil photo », la donnée de l’espace de couleur qui est sélectionnée dans « Mode prise de vue personnalisée (C1-C3) » n’est pas sauvegardée.*1
7. Corrige certaines fautes d’orthographe affichées sur l’écran des menus « Anglais » et « Russe ».

Pour télécharger la nouvelle version 2.0.7  : Firmware du Canon EOS 1-D X

Pour télécharger la nouvelle version 1.3.9  : Firmware du Canon EOS 1-D CCANON5DMARKIII

Canon 5 D Mark III / Version 1.3.3

La version 1.3.3 du micrologiciel comprend l’amélioration et la correction suivante.

1. Améliore la contrôlabilité de l’AF lors de la prise de vue en mode Live View avec un objectif grand-angle (longueur focale fixe ou zoom).
2. Corrige certaines fautes d’orthographe affichées sur l’écran des menus « Anglais » et « Russe ».

Pour télécharger la nouvelle version :  Firmware Canon 5D Mark III 

 

Firmware 2.0.3 pour le canon EOS-1D X

Eos1dx

 

Canon a annoncé qu’une nouvelle mise à jour du firmware , version 2.0.3 , pour le reflex numérique EOS-1D X est maintenant disponible en téléchargement gratuit sur le site de Canon France  – il comprend un certain nombre d’améliorations clés à AF de l’appareil photo , l’exposition et des options personnalisables .

Dans le cadre de la relation étroite continu de Canon avec des photographes professionnels , les informations sont toujours prises très au sérieux et ce dernier firmware de mise à niveau renforce encore les – EOS 1D capacités de X , afin que les photographes puissent  profiter pleinement des ses améliorations pour lesJeux olympiques d’hiver à Sotchi, en Russie , à partir de 7-23 Février 2014.  .

1 .Amélioration de la précision AF en basse lumière avec AI Servo

Le nouveau firmware affine la séquence AF afin d’ améliorer les performances de l’autofocus dans des conditions de faible luminosité . L’algorithme se concentrant AI Servo a été amélioré pour permettre plus de temps pour l’échantillonnage lumière lors de l’activation AF avant le déclenchement , l’amélioration des performances AF dans les situations de faible éclairage . Cela est dû à la commande initiale AF est basé sur la nouvelle «priorité 2 de mise au point » mise en AI Servo 2e priorité d’image , qui a de meilleures capacités de mesure dans des conditions de faible luminosité . À pleine pression du bouton de l’obturateur , les paramètres de l’image AI Servo 1er priorité prennent le dessus et ensuite les paramètres de AI Servo 2e priorité d’image sont appliqués sur les images suivantes dans la rafale . Cela augmente les performances AF en basse lumière , tout en veillant à la probabilité que la première image d’une séquence en rafale sera aussi nette que possible .

2. Paramètres AF élargis suivi d’accélération / décélération en mode autofocus AI Servo .

Pour améliorer les performances de suivi , des paramètres supplémentaires pour le suivi d’accélération / décélération en AI Servo AF ont été ajoutées pour fournir aux photographes un contrôle plus précis lorsque vous photographiez des sujets qui peuvent rapidement ou soudainement accélérer ou ralentir le déplacement .

En réponse aux commentaires des photographes professionnels , deux nouveaux paramètres ont été ajoutés, gérer les changements lents de la vitesse par rapport à la précédente version du firmware . Actuellement , les paramètres AF sont 0 / +1 / +2 . Le nouveau firmware permet de les porter à -2 / -1 / 0 / +1 / +2 . C’est une fonctionnalité que les photographes sportifs et de la faune sauvage utilisent en particulier, lors de la prise sur une longue distance ou lorsque des obstacles tels que les joueurs de football recoupent devant le sujet principal lors de la poursuite .

3 . Amélioration du contrôle de l’exposition

Une nouvelle fonctionnalité utilise une large plage ISO de l’EOS -1D X . Le nouveau firmware permet un meilleur contrôle de l’exposition lorsque vous utilisez Auto ISO . Les photographes peuvent régler la vitesse d’ obturation et d’ ouverture comme vous le souhaitez et de toujours obtenir la bonne exposition lorsque les conditions d’éclairage changent, tout en conservant un contrôle créatif .

En réponse aux commentaires des utilisateurs , Canon a augmenté l’option de vitesse d’obturation minimale de Auto ISO pour permettre aux photographes de figer les sujets en mouvement et être en mesure de sélectionner une vitesse d’obturation minimum aussi élevé que 1/8000ème de seconde avant que  l’ ISO soit augmentée .  La compensation de l’exposition peut maintenant être utilisé avec Auto ISO en exposition manuelle pour régler l’exposition pour les conditions d’éclairage difficiles (par exemple un fond très sombre ou très lumineux ) . Cette nouvelle fonction peut être activée par l’option de compensation d’exposition sur la molette de contrôle rapide ou à l’aide de la molette principale tout en appuyant sur le bouton SET .

Avec de nouvelles options de personnalisation offertes par le firmware 2.0.3 , les photographes peuvent reconfigurer leur X EOS -1D rapidement , tout en gardant un œil sur le viseur pour maintenir la concentration .

4 . Augmentation des options personnalisables

Contrôle rapide de l’EOS-1D X est le but de firmware Version 2.0.3 en augmentant le nombre de fonctionnalités personnalisables . Il est maintenant possible d’attribuer le ‘ / One Shot AI Servo  » réglage à bouton M- Fn 2 , par exemple . Cette nouvelle personnalisation permet une combinaison de paramètres sélectionnables pour être affecté à la mémorisation d’exposition et AF-ON boutons via des contrôles personnalisés , y compris : Actuellement collimateur AF vs collimateur pré- enregistré , AI Servo AF jeux de configuration ( cas 1 à Cas 6 ) , One-Shot AF vs AI Servo AF et actuellement sélectionné le mode d’entraînement par rapport à 14fps en mode d’entraînement à très haute vitesse .

Avec ces nouvelles options , les photographes peuvent reconfigurer leur EOS-1D X caméra « à la volée» , tout en gardant un œil sur le viseur pour maintenir la concentration . Par exemple , l’appareil pourrait être mis en place pour One-Shot AF et unique mode de conduite de tir sur le déclencheur , l’autofocus AI Servo dans le cas 1 avec le mode d’entraînement continu à haute vitesse sur le bouton AE Lock, et l’autofocus AI Servo dans l’affaire 4 avec des super- haute – vitesse 14fps mode continu d’entraînement sur ​​le bouton AF-ON .

• La mise à jour se fait a partir de la version  1.2.4   ou version antérieure. Télécharger  la nouvelle version du Firmware 2.0.3

Photoshop CC pour les Photographes.

Adobe a annoncé une offre d’ abonnemen Creative Cloud destiné aux photographes professionnels pour 12.29 Ttc / mois. ( Avec un engagement pour 1 an).

PhotoshopCC

Avec cet abonnement les photographes auront la possibilité d’ utiliser Photoshop CC ainsi que Lightroom 5, avec les mises à jours et mises à niveau que 20 Go  de stockage dans le cloud d’ Adobe et la collaboration à un site Behance ProSite.

L’ offre est ouverte à tous possesseur d’ une licence Photoshop CS3 et versions ultérieures et doit être souscrit avant le 31 décembre 2013. Pour plus d’infos rendez vous sur le site d’Adobe.

 

Le nouvel objectif Canon EF 200-400mm f/4L IS USM extender 1.4x

Le nouvel objectif Canon EF 200-400mm f/4L IS USM extender 1.4x est disponible à la vente au prix conséille de 12 999 €
canon-EF-200-400mm-L-IS-USM-

Comme nous n’ avons eu le prêt de matériel donc nous n’ avons pas pu encore  le tester : Retrouvez ici  le test de l’objectif en  pré-série réalisé par http://blog.darth.ch.

Voilà un article qui était au chaud depuis un très long moment, car je devais attendre l’annonce officielle de la sortie du Canon EF 200-400mm f/4 L IS USM EXT 1,4 pour pouvoir le publier.En effet, toutes les images de ce test ont été réalisées avec des exemplaires de présérie et non pas avec un objectif définitif.Un test terrain avec un exemplaire de série de cet objectif viendra plus tard, ce sera un « gros » complément à ce premier test du Canon EF 200-400mm f/4 L IS USM EXT 1,4 un objectif que bon nombre de Canonistes attendaient avec ferveur!Il faut dire qu’entre son annonce et sa disponibilité effective, du temps est passé, beaucoup de temps…

Sur le papier ça laisse assez rêveur, d’autant qu’à la presque unanimité des Canonistes cet objectif manquait à l’appel alors que de leur côté Nikon en étaient à leur deuxième mise à jour.Il était donc temps que Canon sorte finalement l’engin, du moins le mette à disposition du public, car cela faisait bien longtemps que plusieurs exemplaires de présérie trainaient ici et là pour le plus grand plaisir de quelques photographes privilégiés qui ont pu le tester avant tout le monde.

Présérie:

Le mot est lâché! Qui dit présérie dit restriction.En effet, dans les premiers temps, interdiction totale de simplement dire que l’on a l’objectif en main, puis vient le temps où l’on peut le dire, mais on ne doit pas montrer les images, puis vient le moment où l’on peut tout montrer.Il faut donc faire preuve d’un peu de discrétion et faire ses tests loin de la foule et des gens les plus curieux.J’ai donc eu la chance de pouvoir tester l’engin et ainsi vous donner un premier test réellement sur le terrain ! Pas simplement un prêt de quelques heures pour photographier quelques sujets rapidement, mais bien un test sur la longueur avec tout ce que cela comporte comme plus pour offrir un compte rendu réel qui tient compte des attentes des photographes.Et la première question qui nous vient à l’esprit est la suivante…

Pourquoi un zoom?

La plupart des photos qui vont illustrer ce test ont été prises en affût. L’affût a cette particularité qu’il permet une certaine proximité avec les animaux que l’on veut prendre en photo, mais dans l’autre sens, il ne nous permet pas de bouger.Dans ces conditions, pouvoir faire varier l’angle de champs et le cadrage est un vrai plus, et si c’est vrai pour la photo animalière, c’est tout aussi vrai pour les disciplines qui demandent à l’opérateur de rester sur un point fixe, comme les photographes qui se trouvent sur le bord des pelouses dans les stades…etc.Le zoom devient alors une arme redoutable, un gain de temps incroyable, plus besoin d’avoir trois ou quatre boitîers avec chacun son objectif, ici on peut photographier sans peine de 200mm à 560mm !

Caractéristiques techniques:

Le Canon EF 200-400mm f/4 L IS USM EXT 1,4 est un objectif tropicalisé fabriqué en alliage de magnésium ce qui lui confère une solidité qui lui permettra d’affronter tous les terrains ! Soyons francs, c’est une brique, un monstre, on sent que l’engin n’a pas peur d’affronter le terrain.Avec ses 3,6 kg, le bébé pèse lourd, pile-poil entre le 500mm f/4 L IS USM II et le 600mm f/4 L IS USM II.Les ingénieurs ont très bien travaillé, l’équilibre de ce zoom est parfait et l’on peut sans problème travailler à main levée malgré son poids, d’autant que l’IS assure de façon impressionnante !Canon annonce un gain de 4 stops, ce qui se confirme très largement sur le terrain.Avec une mise au point minimum à 2 mètres (grandissement de x0,21 à 560mm) et la possibilité de faire varier la focale de 200 à 560mm, il est clair que l’objectif nous promet de s’adapter à la plupart des situations.C’est ce que nous allons essayer de vérifier…

Sur le terrain:

 

Comme on a pu le voir, sur le papier l’engin semble idéal. Sur le terrain cette première impression se confirme rapidement et l’ergonomie soignée du Canon EF 200-400mm f/4 L IS USM EXT 1,4 offre une facilité d’utilisation bien agréable.La bague de zoom est ferme, mais reste assez souple pour un déplacement précis du groupe optique et un réglage fin de la focale, très bien réaliséLes différentes commandes, comme le sélecteur pour l’AF et pour la distance de mise au point (à l’arrière du fût) ainsi que celles pour l’IS et la mémorisation du point (juste après le collier de pied).

 

 

Le multiplicateur 1,4 intégré est d’une simplicité enfantine à mettre en action, on tire la « manette » vers le bas, et le voilà en place. On peut bloquer le multiplicateur dans la position choisie grâce à un petit loquet de sécurité.Pouvoir passer de 200mm à 560mm en quelques secondes est un réel confort sur le terrain, un plus non négligeable, qui va ravir tous ceux qui sont immobilisés et qui ne peuvent pas facilement changer de point de vue.Comme dit plus haut, ce zoom n’est pas ce qui se fait de plus léger avec ses 3,6 kg, mais pour l’avoir utilisé en parallèle un Canon EF 600mm f/4 L IS USM II je peux dire que son utilisation à main levée ne pose pas de problème.Sur une longue journée, je conseillerais le monopode, mais son utilisation et sa maniabilité reste très aisée à main levée, bien qu’à titre personnel je préfère l’utiliser avec monopode ou encore plus confortablement avec un bon trépied en affût.Sur le terrain, la mise au point minimum à deux mètres nous offre la possibilité de faire un peu de proxi, comme vous pourrez le constater un peu plus bas avec la photo d’un syrphe en vol, ce qui est plutôt bien pratique pour pas mal de situations.Tout ça est bien beau, mais qu’en est-il de la…

Qualité d’image:

 

Je sais que beaucoup ne jurent que par les focales fixes et leur qualité optique exceptionnelle, alors forcément quand on parle d’un zoom tout le monde s’attend à ce que l’on dise:

 

C’est bien, mais les fixes c’est mieux…

Pourtant, depuis la sortie du Canon EF 70-200mm f/2,8 L IS USM II les choses ont bien changé dans le monde des zooms, et cette « avancée » s’est confirmé avec l’exceptionnel Canon EF 24-70mm f/2,8 L USM II qui ne se contente plus de faire bien, mais arrive à faire jeu égal, voir supérieur avec les focales fixes.Et notre Canon EF 200-400mm f/4 L IS USM EXT 1,4 du jour ne déroge pas à cette nouvelle règle.S’il n’est pas encore à la hauteur de l’indétrônable Canon EF 400mm f/2,8 L IS USM II qui reste à l’heure actuelle l’objectif le plus performant qui soit toutes focales et marque confondu, il joue dans la même cour que les Canon EF 500mm f/4 L IS USM II et Canon EF 600mm f/4 L IS USM II et ceci même avec le converter 1,4 actionné !Pour finir de vous convaincre, voici le crop de l’image d’illustration de ce chapitre fait à 560mm: Cliquez ICI Je pense que l’on peut simplement admirer la prouesse que les ingénieurs de Canon ont réussie en offrant une qualité optique juste incroyable !On ne peut être qu’admiratif !Pour le côté plus « technique », je n’ai relevé aucun problème d’aberrations chromatiques, pas plus que de déformations, un léger vignetage est visible à 560mm, mais il est extrêmement simple à corriger.En bref, une qualité optique de très très haut vol, un must en la matière que pas mal de fixes envieraient !Si la qualité optique est au top, qu’en est-il de…

L’autofocus et la stabilisation:

Commençons par l’AF du bestiau, et ne tournons pas autour du pot, il dépote ! En duo avec le 1Dx le Canon EF 200-400mm f/4 L IS USM EXT 1,4 est une vraie formule un.Sans outil précis pour contrôler et vérifier avec soin cette vitesse, on ne peut se fier qu’à notre ressentie, mais mon expérience sur le terrain me montre qu’il est à la hauteur des derniers 500 et 600mm de la marque.Il me semble un petit chouia moins rapide que les derniers 300mm f/2,8 et 400mm f/2,8, qui eux sont clairement des foudres de guerre question AF, difficile de faire mieux.La rapidité et la précision sont vraiment au rendez-vous quelles que soient les difficultés mises en face, lumière difficile ou objet rapide, couplé au 1Dx on a vraiment affaire à un couple infernal qui ne vous laissera jamais en rade.Comme on peut le voir sur l’image qui illustre ce sous-chapitre et dont voici le crop 100: Cliquez ICIDu côté de la stabilisation Canon annonce 4 stops de gain en vitesse, ce que je confirme, et je ne suis pourtant pas l’opérateur le plus stable qui soit.Le stabilisateur est vraiment silencieux, très rapide à se mettre en œuvre et surtout d’une efficacité redoutable, ce qui nous permet de descendre à main levée à des vitesses qu’on aurait eu peine à imaginer il y a encore une dizaine d’années.

Conclusion:

 

Comme le démontre ce premier test, cet objectif est superlatif, un zoom qui fait aussi bien que des fixes et qui peut remplacer presque à lui tout seul les focales comprises entre 200 et 600mm et même un peu plus si on accepte quelques concessions, il faut avouer que ça fait rêver. Par contre, ce rêve a un prix, et pas des moindres, vu que l’engin est proposé pour environ 13’000€ Il est clair que le prix va baisser, mais cet objectif restera pour la plupart des gens hors de portée.On peut pourtant un peu relativiser son prix, en effet, il va remplacer de façon très efficace un 300/2,8 et un 500/4 ce qui au cumule des deux donne un prix très nettement à l’avantage de ce zoom.Pour le reste, dans quelque temps je publierai un complément à ce test avec un objectif de série que je vais certainement encore plus torturer.En attendant, si vous en avez l’envie et les moyens, c’est un objectif pour lequel je vous conseille de craquer, il frise tout simplement la perfection ….. Source :  http://blog.darth.ch.

Mise à jour du firmware 1.2.4 du canon Eos 1 DX

 Eos1dx

Nouvelle version version 1.2.4 du firmware du canon Eos 1DX  comprend les améliorations et corrections fonctionnelles suivantes :
1. Améliore la vitesse d’acquisition de mise au point de l’appareil photo lorsque vous utilisez un Canon Speedlite faisceau d’assistance AF.
2. Permet de réduire le temps nécessaire pour afficher le résultat de mesure sur l’affichage LCD ou sur le viseur lorsque le compteur a été activé.
3. Corrige un phénomène au cours duquel un message « Caution 02 » est inutilement enregistré dans le journal d’état de l’appareil photo.
4. Corrige un phénomène au cours duquel la prise de vue en continu se met en pause lors de l’utilisation d’un Canon Speedlite.
5. Corrige un phénomène, lorsque le Canon GP-E1 est monté, au cours duquel les paramètres de l’appareil GPS sont réinitialisés aux paramétres par défaut lorsque l’appareil photo est mis hors tension.

Le firmware 1.2.4 de l’EOS-1D X est disponible  ici

Témoignage de Alain Buu sur le métier de photo-journaliste en 2013.

Alain Buu était présent place Tahrir en Egypte durant le printemps arabe  en Févier 2011 © Sebastien LAPEYRERE

Alain Buu était présent place Tahrir en Egypte durant le printemps arabe en Févier 2011 © Sebastien LAPEYRERE

Par Jean-Pierre Perrin Libération

Loin des conflits qui ont fait sa gloire, une profession lutte contre sa disparition au sein d’une presse qui brade ses images. Illustration avec le parcours d’Alain Buu. 

En Irak, alors qu’il est coincé dans le Kurdistan en 1991, sa chance a été d’avoir été boat people, recueilli gamin sur une barque vietnamienne perdue en mer de Chine et ramené en France. Quand, après être resté dix-huit heures caché dans un trou, il est découvert par des soldats de Saddam Hussein qui menacent de le tuer, le jeune photographe a l’idée de se revendiquer de la terre ancestrale : «Je savais que les Vietnamiens étaient respectés par les Arabes. Ils étaient à cette époque les seuls à avoir battu les Américains au cours d’une guerre.» Il s’écrie : «Vietnamien, je suis vietnamien.» Sauvé !

Après des jours difficiles à la terrible prison d’Abou Ghraib, Alain Buu et son copain, un journaliste américain, seront libérés. Mais un troisième pote, Gad Gross, photographe de 27 ans d’origine roumaine, a, lui, été exécuté au moment de sa capture. «Aujourd’hui, j’ai l’impression que c’est l’histoire de quelqu’un d’autre, confie-t-il dans un récit écrit avec cette modestie qui le caractérise. Les gens me perçoivent comme un miraculé et un héros, certains envient mon expérience. Mais, intérieurement, je suis triste, j’aurais bien voulu ne jamais vivre cette aventure.»

A présent, ces jours de peur et de fureur sont loin. Car, ce que ni les bombardements ni les frontières n’avaient réussi à faire, l’empêcher de partir, d’aller suivre les guerres, la crise que traverse le photojournalisme y est parvenue. Désormais, cet ancien de Gamma, qu’il a quittée en 2004 parce que l’agence ne lui donnait plus de sujets à l’étranger, regarde à distance le monde se déchirer. Environ 80% de ses activités sont désormais des «corporates» (des commandes d’entreprises). «Des centaines de photographes sont dans mon cas», précise-t-il.

Et ce n’est qu’une fois sa bourse remplie qu’il peut envisager un départ. «Il y a trois ans, je suis allé suivre la guerre au Tchad. Cela m’a coûté 5 000 à 6 000 euros, dépensés en pure perte car je n’ai pas vendu de photos.» En 2011, pour la révolution égyptienne, il fait vite ses comptes : «Un billet d’avion, 550 euros. Pas besoin de taxi ni de « fixeur » : tout se passe place Tahrir et on peut même dormir sur place.» Il prend le risque d’y aller, même si des dizaines de photographes sont déjà à pied d’œuvre. Au final, il dépense 1 500 euros mais, grâce à des ventes à Paris Match et Stern, il double sa mise. «J’ai gagné de l’argent, mais cela reste exceptionnel.» Suite sur liberation..

World Press Photo 2013

 

World Press Photo 2012 revient au photographe suédois Paul Hansen photographe au  journal Dagens Nyheter

World Press Photo 2013

Le prestigieux prix du World Press Photo 2013 revient au photographe suédois Paul Hansen photo-journaliste au Dagens Nyheter pour sa photo prise à Gaza le 20 Novembre 2012 . Suhaib Hijazi et son frère aîné Muhammad tous deux agé de deux ans  ont été tués lorsque leur maison a été détruite par un tir de missile israélien. Leur père Fouad a également été tué et leur mère a été bléssée . Ces oncles ammènent les enfants à la mosquée pour la cérémonie d’enterrement.  Site de Paul Hansen   www.paulhansen.se

Alep Fabio Bucciarelli

 

Bataille à mort de Fabio Bucciarelli ( 2 éme prix Spot News, )

 Alep, Syrie 21 Octobre 2012

Un homme regarde le corps d’un homme tué de pose dans un camion en dehors d’un hôpital.

Dans le sillage du printemps arabe, les manifestations publiques en Syrie contre le président Bachar al-Assad ont  commencé en Mars 2011. En peu de temps, des affrontements ont éclaté dans tout le pays et ont conduit à la guerre civile: un conflit en cours qui voit les forces du gouvernement opposés par la coalition armée syrienne libre. En Juillet 2012, après plus d’un an de conflit, les combats atteint Alep, un bastion des forces révolutionnaires. La bataille pour la ville devient un véritable massacre. Chaque jour, les combattants révolutionnaires armés de fusils d’assaut Kalachnikov face à l’armée loyaliste et ses chars et ses avions. Selon les Nations Unies, plus de 60.000 personnes sont mortes dans la Syrie de 22 mois de guerre civile.  www.fabiobucciarelli.com

 

Paul Nicklen

Paul Nicklen

Manchots empereurs de Paul Nicklen (Nature, 1er prix story)

Mer de Ross, en Antarctique le 19 Novembre 2011

Nouvelle étude scientifique  montre que les manchots empereurs sont capables de tripler leur vitesse de nage en libérant des millions de bulles de leurs plumes. Ces bulles permettent de réduire la friction entre leurs plumes et  l’eau de mer glacée, leur permettant d’accélérer dans l’eau. Ils peuvent nager a des vitesses allant jusqu’à 30 kilomètres par heure pour échapper aux orgues ainsi que de se lancer pour rejoindre la banquise. paulnicklen.com

Vous pouvez retrouvez et consulter les autres reportages primés sur http://www.worldpressphoto.org/.