World Press Photo 2012

Samuel Aranda lauréat du 55 éme World Press Photo.

Le photographe espagnol Samuel Aranda a pris cette photo le 15 Octobre 2011 au Yemen, dans une mosquée de Sanaa, la capitale, transformée en hôpital. L’homme faisait partie de manifestants, protestant contre le régime du président Ali Abdullah Saleh. Samuel Aranda, membre de l’agence Corbis Images, était envoyé par le New York Times. Koji Aoki, photographe et responsable de l’agence Aflo Sport, faisait partie du jury de la cinquante-cinquième édition du World Press. Il explique les raisons de ce choix : « Cette photo parle pour l’ensemble de la région. Elle symbolise tout ce qui se passe au Yemen, en Égypte, en Tunisie, en Libye ou en Syrie. Elle est emblématique du printemps arabe. Mais elle montre un moment intime, à l’écart des événements. Et elle montre le rôle important joué par les femmes, qui ne se contentent pas de soigner les blessés. Elles sont pleinement actives. »

Samuel Aranda est né en 1979 à Barcelone, Samuel Aranda a travaillé pour El Pais et El periodico de Catalunya avant de rejoindre, en 2004, l’Agence France Presse. Il a photographié de nombreux conflits et soulèvements en Espagne, au Pakistan, à Gaza, au Liban, en Iraq, en Palestine ou au Maroc.     www.samuelaranda.net

Pour visualisez les photographies et les reportages lauréats dans les neufs catégories .

http://www.worldpressphoto.org/gallery/2012-world-press-photo

 

1 er Prix General News Stories  Battle for Lybia de Rémi Ochlik

Battle for Libya Remi Ochlik :  www.ochlik.com

1 er Prix Sport Single :  Donald Miralle, Jr.

Rassemblés à l’occasion du championnat mondial Ford Ironman de Kona (Hawaï)  lors d’ une des courses les plus dures au monde – les triathlètes ont nagé au dessus d’un banc de poissons et de l’objectif de Donal Miralle, dans la baie de Kailua.
 Ford Ironman World Championship (Photo : Donald Miralle Jr.) www.donaldmiralle.com

1 er Prix Spot News Single :  On Revolution Road de Yuri Kozyrev

 11 Mars 2011
Les rebelles de Ras Lanuf, en Libye. Pendant des semaines, les rebelles ont combatut contre le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi avec l’espoir que le monde viendrait à leur secours.

Yuri Kozyrev : Noor Images

1 er Prix Nature Stories  : Rhino Wars de Brent Stirton

25 mars 2011

Une  équipe de quatre hommes anti-braconnage, gardent en permanence un rhinocéros blanc du Nord dans le parc conservatoire de la Pejeta Ol au Kenya.  Le district de Laikipia, au Kenya et le plus grand sanctuaire pour les rhinocéros noirs en Afrique de l’Est. Il est également le foyer de quatre des huit autres rhinocéros blancs du Nord, animal le plus menacé du monde. La corne de rhinocéros vaut maintenant plus que l’or sur le marché international. Seule Afrique du Sud a perdu plus de 400 rhinocéros à des incidents de braconnage illégal en 2011. La demande de corne de rhinocéros est alimentée par une classe moyenne et supérieure riche d’Asie et utilisé massivement comme médicament.

 Brent Stirton  www.brentstirton.com

Nikon D800 et ses 36 millions de pixels..

Nikon D800

 

Capteur :  CMOS FX (24 x 36) de 36.3 millions de pixels d’ un résolution de (7360 x 4912).

Sensibilité : de 100 à  6400 ISO  Extensible à 25600 ISO

Obturateur : Vitesses d’obturation d’1/8000 à 30 secondes et vitesse de synchronisation du flash jusqu’au 1/250 seconde. Cadence de 6 im/sec en RAW 12 bits. Et 4 im/sec en RAW 14 bits.

Mise au Point : Même système AF semblable au D3

Processeur : Système de traitement d’image EXPEED 3

Moniteur arrière  : Moniteur ACL de 8 cm (3,2 pouces) affichant 921 000 pixels .

Viseur : Couverture  100 % .

Mode Vidéo : Full HD 1080p à 30/25/24 im/sec . HD 720p à 60/30/25/24 im/sec. Format MPEG-4 et H.264.

Support d’enregistrement : Double lecteurs de carte CFet SD

Taille et poids :  146 × 123 × 82 mm  / Env 900 g

Poignée Grip GP 1 en option.

Prix :  env 2900 €

 

 

 

Fuji X-PRO1

Suite à l’annonce de Fujifilm au CES 2012 le mois dernier à Las Vegas, la sortie de son nouvel appareil numérique X-Series avec son système d’objectifs interchangeables –

Le FUJIFILM X-Pro1, développé sur un capteur CMOS 16MP APS-C X-Trans qui intègre une gamme nouvellement développé filtre et Fujifilm technologie exclusive de processeur EXR qui offre extraordinaire résolution de l’image, la clarté et la beauté qui rivalisera avec actuellement les modèles de reflex numériques haut de gamme. Le FUJIFILM X-Pro1 dispose également d’une nouvelle génération hybride deuxième viseur Multi et trois premiers objectifs a focale fixe Fujinon interchangeables.

• Capteur CMOS 16MP APS-C X-Trans
• Processeur d’image EXR Pro Processeur
• Double-grossissement optique hybride / viseur électronique
• Les cadrans analogiques pour la vitesse d’obturation et la compensation d’exposition sur le dessus de la caméra
• Tout nouveau, entièrement électronique X monture; 17.7mm bride à capteur de distance
• Les objectifs à focale fixe avc bagues d’ouverture de style traditionnel (par paliers d’1/3) et les grandes bagues mise au point manuelle
• Panneau de commande « Q » • Sur l’écran et repensé le système de menu à onglets
• , 1/4000 sec vitesse max

Le prix de la X-Pro1 FUJIFILM système de objectif interchangeables :

FUJIFILM X-Pro1 (boîtier seul)1,699.95 $
FUJIFILM XF (équivalent 27mm) 18mm F2.0 lentille 599,95 $
FUJIFILM XF 35mm (53mm équivalent) F1.4 599,95 $
FUJIFILM XF 60mm (équivalent 90mm) F2.4 lentille 649,95 $

Le X-Pro1sera disponible à la fin du mois de Février.

Le prix à payer pour être un photojournaliste

Révolution Egyptienne - Février 2011 © Sebastien LAPEYRERE / Olynea Photos

Financé son reportage devient de plus en plus difficile pour les photojournalistes confrontés à la baisse des prix et des commandes auprès de la presse . Et partir en reportage ,avec le  risque de ne pouvoir rentrer dans ces frais.

Un excellent article sur le métier de photojournaliste et sur le financement des reportages .

Jonathan Alpeyrie est un photojournaliste, en cette fin d’année, il ne nous parle de ses images, mais de son bilan financier: étonnant et plein de leçons et d’enseignements.

La plupart des membres de la profession se plaignent de l’état de la presse aujourd’hui dans un monde qui change en permanence. Je ne déroge pas à ce constat. La presse connaît une transformation sans précédent, comme les médias sociaux, et les nouvelles technologies transforment radicalement le cadre auquel s’étaient habitués les journalistes et photographes.

Ce n’est pas le fait d’être publié qui pose problème. Gagner suffisamment d’argent pour vivre, payer ses frais au quotidien, et financer les projets à venir, c’est cela, le vrai problème. Les journaux et magazines qui peuvent se permettre d’envoyer des journalistes au loin pour couvrir des événements majeurs sont de moins en moins nombreux, et les journalistes en question doivent trouver de nouveaux moyens de faire de l’argent. Les agences photo, par exemple, ces dernières années, ont fait appel de plus en plus souvent à des photographes locaux, parce que cela leur coûte bien moins cher que de payer leurs propres équipes et de les envoyer dans des pays lointains.

De façon plus déterminante encore, la côte des photographies s’est effondrée ces vingt dernières années avec l’arrivée en force d’internet, qui met naturellement l’accent sur la quantité plutôt que sur la qualité. Polaris Images, l’agence qui me représente  internationalement, me fait publier tous les jours dans le monde entier, ce qui est très appréciable, bien sûr, mais quand je reçois mon solde, la somme accumulée est plutôt dérisoire, au regard du nombre de photos vendues et de la quantité de risques que j’ai dû prendre au cours de certains de ces voyages. Par exemple, la Chine est un marché important pour moi, avec peut-être 10% de mes ventes totales par mois. Les Chinois ont dévalué le prix des photographies autant qu’ils ont pu, achetant un cliché en moyenne 30 dollars pièce : c’est un prix très bas, qui ne prend absolument pas en compte la qualité de la photo ou les risques pris pour la réaliser.

Mais finalement, le point peut-être le plus essentiel tient au comportement de la presse envers elle-même, et à son incapacité à se réinterroger : à mon avis, c’est le danger le plus important auquel elle est confronté. Depuis quelques décennies maintenant, le monde de la presse a dû faire face à des revenus et des abonnements en baisse constante pour ses journaux, ses magazines… Il est certain, cependant, que l’avènement d’internet a beaucoup à voir avec cet état de fait, les gens préfèrent chercher leurs informations sur une grande variété de sites offrant du contenu gratuit, plutôt que de payer pour des titres papier. Une situation contre laquelle il est difficile de lutter, il est vrai. La presse a rapidement trouvé une solution simple pour augmenter ses revenus : créer et vendre du contenu que les gens ont envie de lire ou de voir. Le résultat de cette stratégie s’est rapidement fait sentir : la qualité des titres de presse a rapidement décliné, jusqu’au point où certains magazines, qui étaient auparavant reconnus pour leur qualité, sont devenus des mélanges difformes d’informations et de ragots sur les célébrités. Life magazine et Paris Match sont les exemples parfaits de cet état de fait.

Cela fait maintenant dix ans que j’exerce le métier de photojournaliste, et ma pratique colle en tout point à la réalité exposée dans les paragraphes précédents. Comme il est facile de critiquer la nature même de ce qu’est devenue la presse occidentale, je vais prendre des exemples concrets issus de mon expérience, qui correspond cependant à la situation et à l’état d’esprit de tous les professionnels qui, comme moi, luttent pour réussir à vivre de leur métier.

Pour illustrer cette nouvelle réalité, je vais donner quatre exemples de voyages que j’ai réalisé pour couvrir des événements internationaux : la guerre de la drogue au Mexique, la guerre en Libye, le scandale Dominique Strauss-Kahn, et l’indépendance du Sud Soudan. Chacun va me permettre d’illustrer une fortune différente du processus de production, et de donner une idée de l’argent dépensé pendant ces déplacements et du retour financier que j’ai pu réaliser.

La guerre de la drogue au Mexique est devenue depuis 2006 un événement international, couvert de temps à autre par la presse mondiale. À mon sens insuffisamment, alors que ce conflit s’est transformé en vraie guerre civile, avec des implications internationales majeures. En mars 2011, j’ai décidé de couvrir cette guerre muette à la frontière entre le Mexique et l’Arizona, dans le village frontalier de Nogales. Pendant trois semaines, j’ai travaillé avec les forces de police spéciale anti-drogue américaines (Metro) qui combattent les cartels de la drogue. J’ai traversé la frontière une demi-douzaine de fois vers le Mexique pour essayer de retraduire la perspective mexicaine sur ce drame. J’ai dû me rapprocher dangereusement d’un de ces cartels pour photographier la vie quotidienne sur place, et les membres de ces organisations criminelles. Je me suis senti plus inquiet et paranoïaque à ces occasions que lors de n’importe quelle guerre que j’ai pu couvrir par ailleurs. Quand mon reportage a été terminé trois semaines plus tard, j’ai dû mettre fin à mon séjour précipitamment : j’avais l’impression d’être suivi, la police US m’a confirmé que c’était le cas, alors je suis parti. Le niveau de risque consenti pour réaliser ce reportage n’a jamais été pris en compte financièrement. Toutes mes dépenses pour un séjour de trois semaines ont atteint 2500 dollars. Polaris et moi-même n’avons pas réussi à vendre cette histoire à sa vraie valeur. Je pense que j’ai à peine fait 1000 dollars en retour, perdant ainsi 1500 dollars sur ce voyage. Ce n’était pas la question bien sûr, puisque j’avais des conditions de travail particulièrement propices. Mais en termes financiers, ce voyage a été un échec.

La guerre en Libye est devenue très rapidement un événement international de première grandeur, et a été couverte par tous ceux qui voulaient s’y faire un nom. Pour moi, c’était une guerre …;

….Suite 

Jonathan Alpeyrie sur le site La lettre de la photographie

Nouveau Canon PowerShot G1 X

Canon PowerShot G1 X

 

CANON G1 X

 

Canon à annoncé le nouveau  PowerShot G1 X – une nouvelle compact photo avec un grand capteur CMOSremplaçant le Canon PowerShot G12, conçu pour produire des niveaux de qualité d’image reflex numérique et le contrôle dans un boîtier métal ultra-portable. Créé pour les photographes professionnels et sérieux, le PowerShot G1 X crée une nouvelle catégorie de prestige au sommet du mythique Canon série G, et redéfinit les performance réalisable à partir d’un appareil photo compact.  Le PowerShot G1 X combine une technologie de capteur de puissance EOS avec processeur DIGIC de traitement 5, une précision nouvelle lentille de Canon et vaste contrôle manuel – la création de la plus belle photo compact Canon ait jamais produite. Conçu pour être facilement transportable, le PowerShot G1 X dispose d’un zoom stabilisé de  28-112mm equivalent, F2.8-5.8  qui se rétracte dans un discret, boîtier en métal robuste, offrant aux photographes . C’est le premier appareil photo Canon compact disposent d’un grand format 4:3, 14,3 Megapixel avec un capteur CMOS  de 18,7 mm x 14mm – semblable en hauteur à des capteurs APS-C utilisés dans les modèles de reflex numériques EOS. Avec la taille du pixel et la même structure que le Canon EOS 600, et une surface d’environ 6,3 fois plus grand que le capteur dans le célèbre PowerShot G12, . La taille du capteur accrue permet aux photographes d’avoir un meilleur contrôle sur la profondeur de champ, avec un potentiel accru de façon créative et artistique d’isoler un sujet de son fond. Amélioration dynamique permet aux utilisateurs de capturer avec précision les ombres et souligne dans le même cadre, tandis que la résolution 14,3 mégapixels permet la production de grande taille estampes, ou des permis images à découper pour des compositions plus puissant. Le PowerShot G1 X dispose également d’une gamme d’avantages qui découlent de la technologie de pointe développées au sein capteur CMOS gamme Canon EOS. Réduction du bruit sur puce garantit des images claires, même à des sensibilités ISO élevées, tandis qu’un 4-canaux de lecture fournit une capture d’ image haute vitesse de capture d’image réactive dans toutes les conditions. En combinant les grand capteur avec le processeur d’image DIGIC 5, le système SH dans le X PowerShot G1 établit de nouvelles normes pour les performance en faible luminosité, avec une plage ISO avec une résolution maximale de 100 à 12800 iso – un niveau jamais vu dans un compact Canon. Les photographes peuvent tirer en utilisant la lumière ambiante, même dans les plus sombres de conditions.

Spécification

■ Capteur CMOS 14,3 MP   ■ Prosseceur DIGIC 5, HS System   ■ 4x zoom compact ( 28-112mm ) ; Stabilisé IS  ■ Ecran  ACL  Orientable de  7,5 cm (3,0 « )    ■ JPEG, RAW,   ■ Mode Vidéo Full HD, HDMI   H.264 ■ Mode Prise de vue rafale    ■ Mode HDR et filtre ND   ■ Prix Conseillé 749 €

Comparatif Nikon D4 / Canon EOS 1D X

A moins de six mois des Jeux Olympique de Londres,les firmes japonaises ont dévoilé leur appareil photo reflex professionnel : Nikon à annoncé le 6 Janvier dernier  le Nikon D4, deux mois  après l’ anonnce du Canon EOS 1D X  .

 

 

 

 

 

 

 

 

Le match des Pro avec  un petit comparatif des 2 boitiers :

Nikon D4

Capteur :  CMOS FX (24 x 36) de 16,2 millions de pixels avec lecture de canaux rapide et cadence de 11 vps seconde au format FX.

Sensibilité : de 100 à 12 800 ISO : plage extensible de 50 (équivalent) à 204 800 ISO (équivalent). Rapport signal/bruit élevé et plage dynamique étendue

Obturateur : Nouvel obturateur résistant en composite Kevlar et fibres de carbone : durée de vie standard de 400 000 déclenchements, vitesses d’obturation d’1/8000 à 30 secondes et vitesse de synchronisation du flash jusqu’au 1/250 seconde.

Mise au Point : Système AF 51 points Multi-CAM3500FX : avec possibilité de choisir une configuration de 9, 21 ou 51 points AF. Sensibilité jusqu’à -2 IL (100 ISO, 20°C).

Mesure de lumière : Mesure matricielle couleur 3D III : capteur RVB 91 000 photosites avec détection des visages permanente.

Processeur : Système de traitement d’image EXPEED 3 avec conversion A/N sur 14 bits et traitement d’image sur 16 bits, pour de superbes dégradés.

Moniteur arrière  : Moniteur ACL de 8 cm (3,2 pouces) affichant 922 000 pixels avec réglage automatique de la luminosité. Traitement anti-reflet avec reproduction fidèle des couleurs.

Viseur : Couverture intégrale du viseur et trois modes de recadrage : formats 5:4, 1,2x et DX. Masquage du viseur.

Mode Vidéo : Fonction D-Movie format multizone : permet d’enregistrer des vidéos Full HD (1080 p) aux formats FX et DX, ainsi qu’en recadrage Full HD (1920×1080) natif. Sortie HDMI en définition maximale sans compression vers les périphériques externes.

Cadences de prise de vue vidéo : 30 p, 25 p et 24 p, et durée maximale d’enregistrement de 20 minutes environ.

Contrôle audio haute fidélité : intègre une entrée de microphone stéréo et une sortie audio pour casque externe qui permet de régler la partie audio de manière isolée avant et pendant l’enregistrement. Un réglage d’entrée ligne pour enregistreurs PCM linéaires est également fourni.

Support d’enregistrement : Deux logements pour carte. Le premier pour les cartes CF ultra-rapides (UDMA 7) et le second pour les cartes XQD de grande capacité ultra-rapides.

Interface : Prise en charge des réseaux sans fil et Ethernet via le système de communication sans fil WT-4 (en option) ou le nouveau système de communication sans fil compact WT-5 (en option).

Taille et poids :  160 × 156,5 × 90,5 mm  / Env 1340 g

Prix :  Env 5800 €  Disponible en février  2012

Pour plus d’infos : http://www.nikon.fr/fr_FR/product/digital-cameras/slr/professional/d4

Nikon D4

 

Canon Eos 1D X

Capteur :  Capteur CMOS plein format ( 24x 36) de 18,1 MP et cadences de prise de vues continue à 12 im./s, voire 14 im./s avec le mode de prise de vues ultra-rapide ( avec le mirroir levé exposition et mise au point calées sur la premiere vue ) sur 120 images au format JPEG large (36 images RAW).

Sensibilité : 100 à 51.200 ISO, extensible jusqu’à 204.800 ISO, les prises de vues ne sont plus interrompues, même dans des conditions d’éclairage très changeantes.

Obturateur :  vitesses d’obturation d’1/8000 à 30 secondes, pose B et vitesse de synchronisation du flash jusqu’au 1/250 seconde. (Garantie 400.000 déclenchements)

Mise au Point : Système AF à 61 collimateurs Doté de 41 capteurs haute sensibilité de type croisé, le système AF haute précision à 61 collimateurs assure une mise au point rapide et précise des sujets en mouvement, et ce, quelles que soient les conditions d’éclairage. Les 5 collimateurs AF centraux sont de type double croisé pour une précision accrue.

Mesure de lumière : Système de mesure AE RVB 100.000 pixels avec processeur DIGIC 4 dédié évalue la luminosité et la couleur afin de garantir une exposition très précise, pour des résultats naturels, même dans des conditions d’éclairage complexes.

Processeur : Double processeur « DIGIC 5+ ». L’appareil utilise 4 convertisseurs analogique-numérique assurant le traitement de l’image sur 14 bits.

Moniteur arrière  : Ecran LCD anti-reflet de 8.1 cm (3.2 pouces) d’une résolution  de 1.040.000 points, l’écran LCD Clear View II .

Viseur : Pentaprisme Couverture 100% . Grossissement 0.76

Mode Vidéo : Full HD (1920 x 1080) (1280 x720) (640×480) format .mov (H264) avec AF

 Cadences de prise de vue vidéo :  29.97 -25- 23,976 images par secondes pour le Full HD et 59.94 – 50 images/s pour les 2 autres format vidéo.

Contrôle audio haute fidélité : Wave Son mono

Support d’enregistrement : 2 slots compact Flash I/II  compatible UDMA 7

Alimentation : Batterie LP – E4

Interface : Usb 2.0 / HDMI  / Port Ethernet et Transmetteur wifi WFT-E6 et GPS GP-E1 ( en option)

Taille et Poids : 158 × 163,6 × 82,7 mm / Env 1400 g

Prix :  Env 7000 $  Disponible en Mars 2012

Pour plus d’infos : http://www.canon.fr/For_Home/Product_Finder/Cameras/Digital_SLR/EOS_1Dx/

 

 

Canon Eos 1D X

Comme vous avez pu le constater les deux firmes ont fait évolué leur gamme :  Canon à abandonné le format de capteur réduit  pour passé au full frame(24 x 36);

Les fabriquants  n’ ont pas joué la course au pixels et à préférer amélorier la sensibilté jusqu’ 204 800 iso de leur reflex et en  proposant des capteurs de 16.6  MP ( 4928 × 3280 ) pour Nikon et d’ un capteur de 18.1 MP ( 5184 × 3456) pour Canon . Les 2 boitiers améliore leur vélocité en dépassant la barre des 10 images/s pour les 2 boitiers .

Nikon à enfin décidé de proposer  la vidéo dans son boitier professionnel mais reste en retrait par rapport au format MOV (H264) de  Canon.

Reste  le prix  de ces deux boitiers qui combleront surement les photographes  professionnels de sport  et de riche amateur car ils  seront proposés aux alentours de 5800 Euros .

 

 

Testez la nouvelle version de Lightroom 4 Bêta

Adobe à lancer hier en bêta publique de l’ un des ces logiciels photos phare : Adobe Photoshop Lightroom 4

Les nouvelles fonctionnalités  de ce logiciel que vous pouvez testez .

  • Améliorations du Module Développement (organisation, moteur de développement, nouvelle gestion des hautes lumières et des ombres).
  • Nouvelles corrections localisées ( Balance des blancs et réduction du bruit  ).
  • Soft Proofing (épreuvage écran).
  • Support natif de la vidéo ( avec envoi directe vers Facebook et Flickr).
  • Positionnement des photos sur la carte (avec données GPS et Google Maps).
  • Création de livre (avec des partenaires pour l’impression). 

Pour télécharger le logiciel : http://labs.adobe.com/technologies/lightroom4

Pour apportez vos recommandation pour amélorier le logiciel utiliser le forum  : http://forums.adobe.com/community/labs/lightroom4

Adobe n’ a pas dévoilé la date de sortie de cette version ni son prix de vente .

Photographes rejoignez-nous,

 

 

Photographes  rejoignez-nous,

Vous souhaitez proposer vos reportages, vos illustrations vos photos d’ actualités sur le portail photo Pix Palace en France et avoir la possiblité d’être diffusez auprès d’ un millier de clients utilisateurs éditoriaux ( professionnels de la presse : Presse Magazine, Quotidiens, Presse Quotidienne Régionale, de l’édition et de la communication).

En effet, nous recherchons des photographes professionnel ou ds photographe auteurs  afin d’étoffer notre offre de photographies et d’ élargir notre couverture de la France.

Nous vous proposerons diverses solutions afin d’ intégrer notre agence.

Contactez nous : contact(at)olyneaphotos.com

 

Bonjour tout le monde !

Bienvenue sur News Photographie votre nouveau blog d’information sur la photographie.